François Fillon va engager sa responsabilité sur le délicat dossier de l'Otan

 |   |  552  mots
Le Premier ministre va engager la responsabilité de son gouvernement sur le dossier du retour de la France dans le commandement intégré de l'Organisation du traité de l'Atlantique nord.

François Fillon a décidé jeudi d'engager la responsabilité de son gouvernement sur la politique étrangère, et donc sur l'épineux dossier du retour de la France dans le commandement intégré de l'Otan, à un moment où les gaullistes donnent de la voix contre cette décision. S'il était mis en minorité lors du vote le 17 mars, le gouvernement chuterait. Une hypothèse très improbable au regard de la large majorité dont dispose l'UMP à l'Assemblée nationale. C'est la seconde fois depuis son arrivée à Matignon que François fillon engage sa responsabilité devant l'Assemblée: il l'avait fait une première fois le 3 juillet 2007 sur sa politique générale, peu après sa nomination à Matignon par Nicolas Sarkozy.

Voulu par le chef de l'Etat, le retour de la France dans l'Otan "s'inscrit dans le cadre d'une politique globale destinée à renforcer notre sécurité et à développer l'influence et le rayonnement de la France en Europe et dans le monde", écrit le Premier ministre dans une lettre, rendue publique par Matignon, aux chefs de file PS à l'Assemblée et au Sénat, Jean-Marc Ayrault et Jean-Pierre Bel. "La place de la France dans l'Otan ne constituant qu'un des él

ments contribuant à la cohérence de notre politique étrangère, c'est donc sur cette politique que le gouvernement entend saisir le Parlement", ajoute-t-il.
Conformément à ce qu'exige l'article 49.1 de la Constitution, M. fillon devra demander lors du prochain Conseil des ministres, le 11 mars, l'autorisation d'engager la responsabilité du gouvernement. Le 17 mars, il présentera sa politique, à la suite de quoi les députés débattront puis voteront. En demandant à l'Assemblée de se prononcer, François fillon répond favorablement à une demande des parlementaires socialistes pour qui la représentation nationale devait pouvoir pleinement s'exprimer sur ce "retournement stratégique".

Le Premier ministre, qui avait déjà fait savoir que cette procédure avait ses faveurs lors d'une réunion avec les députés UMP le 17 février, se donne aussi l'occasion de ressouder sa majorité avec un dossier décrié par une partie d'entre elle. Comme avant eux de nombreux députés, deux ex-Premiers ministres, Alain Juppé et Dominique de Villepin ont ouvertement critiqué Nicolas Sarkozy à propos de cette question du retour total de la France dans l'Otan. Dominique de Villepin a dégainé le premier, jugeant que ce serait "une faute". Alain Juppé s'est "interrogé sur l'utilité qu'il y a" pour la France à "sauter le pas": "le seul intérêt est symbolique".

"Je ne crois pas qu'il manquera des voix. Il s'agit là d'un engagement de responsabilité du gouvernement. Notre majorité est profondément soudée autour du président et du gouvernement ce qui n'empêche pas les débats", a déclaré à l'AFP le chef des députés UMP, Jean-François Copé. Ce n'est "pas un vote pour l'Otan mais un vote de cohésion majoritaire", a estimé aussi Hervé Mariton, député villepiniste atlantiste.

Prenant "acte" de la décision de François Fillon , Jean-Marc Ayrault a "souhaité que ce débat dispose de tout le temps nécessaire pour permettre à toutes les opinions de s'exprimer, notamment celles qui à gauche et dans la majorité ne partagent pas la dérive atlantiste du Président de la République".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
j'ai lu l'article et j'aimerais bien savoir les avantages et les inconvénients d'une telle décision ? Il n'y a aucune explication. Domage.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
c'est plus facile et plus sur que de demander par referendum aux français ce qu'ils en pensent .
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Pourquoi réintégré l'Otan qui a été mis en place pour faire face à la menace du bloc soviétique qui aujourd'hui a disparu, plutôt que de créer une organisation européenne qui dnnerai encore plus de sens à l'intégration et aux échanges de différent pays de l'UE. Se mettre sous la coupe des Etats-Unis qui n'ont d'intérêts pour nous que lorsqu'il sagit de les appuyer sur des opérations inutiles voire catastrophiques est dangereux. M Obama n'est peut être pas aussi belliqueux que son prédécesseur mais qui suivra?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Il est effectivement grand temps que les Français ne font plus bande à part dans cette matière, mais montrent au contraire leur bonne volonté en intégrant au plus vite l'OTAN.
Propos écrit par un Belge.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Dans une démocratie , il faut consulter le peuple lorsqu'il s'agit de prendre des décisions importantes.
Le gouvernement devrait organiser un réferundum sur cette question de réintégrer l'Otan.
une poignée de député UMP ne peut décider d'un changement stratégique de notre système de défense.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
La reéintégration de la France dans le commandement intégré était soumis à un certain nombre de conditions:participation à l'élaboration des décisions stratégiques, appui à la constitution d'une défense EU... Ces conditions ont elles été satisfaites? De Gaulle avait formulé des exigences semblables qui avaient été refusées
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Voilà la fin d'une grande idée, une armée Européenne INDEPENDANTE non souhaitée par les 3 grands US, RUSSIE, CHINE.
Deuxième point la fin de l'UMP si nos engagements sur le terrain au nom de l'OTAN apportent malheur dans les familles.
L'intégration à l'OTAN doit faire à mon avis l'objet d'un grand et VRAI débat et mis au vote du citoyen.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Que deviendra l'indépendance diplomatique de notre pays si il intègre un OTAN américanisé ? Réclamons tous un référendum.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
voilà bien un truc dont je me contrefous: loin des préoccupations immédiates de beaucoup de français.....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :