Le Premier ministre coupe l'herbe sous le pied des verts

 |   |  504  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
François Fillon a avancé sa rentrée politique pour donner la priorité aux questions écologiques alors que les Verts, forts de leur récent succès aux élections européennes, vont se réunir.

François Fillon a avancé jeudi sa rentrée politique pour donner la priorité aux questions écologiques alors que les Verts, désormais au coeur de l'échiquier, reprennent leur croisade.
Le Premier ministre, qui avait annoncé son retour pour le 24 août sur son blog, a écourté ses vacances pour être sur le pont avant Nicolas Sarkozy, qui présidera le 25 août le conseil des ministres de rentrée.
Après un séjour sous le soleil toscan et quelques jours dans sa résidence de Solesmes (Sarthe), François Fillon avait choisi de se rendre dans les Côtes d'Armor, à Saint-Michel-en-Grève, où le fléau des algues vertes inspire des craintes pour la santé.
Une décision, assure-t-il, sans rapport avec l'ouverture des Journées d'été des Verts, qui plaidaient au même moment à Nîmes (Gard) pour l'enracinement de l'écologie politique après leur succès surprise des élections européennes du 7 juin.
"Le sujet est complètement différent", a-t-il dit à des journalistes après avoir annoncé des mesures contre la prolifération des algues vertes sur les côtes bretonnes dont un rapport publié jeudi reconnaît pour la première fois la toxicité potentiellement mortelle.
Le chef du gouvernement était accompagné de la ministre de la Santé Roselyne Bachelot, du ministre de l'Agriculture Bruno Le Maire et de la secrétaire d'Etat à l'Ecologie, Chantal Jouanno, trois des membres du gouvernement dont les vacances ont été chahutées par quelques-uns des dossiers d'importance de la rentrée : l'épidémie de grippe A, le différend entre Bruxelles et les producteurs de fruits et légumes, les OGM.

FILLON ACCÉLÈRE SUR LA TAXE CARBONE

François Fillon a évoqué jeudi un autre casse-tête à venir : la taxe carbone.
L'arbitrage politique sur cette "contribution climat-énergie" controversée était attendu dans les semaines à venir. Mais de la part de l'Elysée, selon le ministre de l'Ecologie Jean-Louis Borloo.
François Fillon a donné le "la" sans attendre : "Naturellement, nous mettrons en oeuvre cette politique. (...) Nous vous ferons savoir dans les prochaines semaines les propositions qui seront soumises au Parlement", a-t-il dit.
Les modalités de la taxe carbone, qui vise à réduire l'usage des énergies fossiles et à promouvoir les technologies propres, font débat et les hypothèses avancées par l'ancien Premier ministre socialiste Michel Rocard, chargé de piloter la concertation préalable, ont déchaîné les critiques.
Des associations de consommateurs et certains membres de l'UMP dénoncent un impôt déguisé.
Michel Rocard propose que le niveau initial de la taxe soit de 32 euros par tonne de CO2, soit sept à huit centimes par litre d'essence, pour atteindre 100 euros en 2030. Un scénario désapprouvé par les ministères de l'Economie et du Budget.
François Fillon, s'il est acquis qu'il endosse le pilotage du processus, devra composer entre tactique électorale et réalité économique en jouant les arbitres entre Bercy et Jean-Louis Borloo, la meilleure carte écologiste de l'UMP.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
c'est pathétique
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Monsieur Fillon a compris la poussée écologique des Européennes et veut conduire le processus de la mise en place de la taxe carbone . Aprés...que faire ? Monsieur Borloo et le Gouvernement doivent penser à créer un Grenelle II de l'environnement pour donner du corps à l'UMP verte. Cette diversité dans l'UMP doit séduire un maximum d'écolo et à une considération accrue des forces d'union populaire et Républicaine.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
c'etait le moment de deprimer a la rentree les menages avec les menaces de l'emploi d'en rajouter une louche avec la taxe carbone , apres la hausse de l'edf et autres hausses plus discretes au coeur de l'ete , hop un probleme une taxe , au lieu d'investir en amont pour palier les problemes on croit en france qu'il suffit de dire aux gens que les problemes de la nature sont financiers , c'est grossier et desesperant , tout celà ressemble a une manipulation pour torpiller les ecolos en adoptant la taxe carbone , car le raccourci va etre rapidement fait , voter ecolo = taxes a gogo , celà peut conduire sur une colere sociale sans precedent , on joue avec le feu a trop en faire pour faire plaisir aux amoureux de la nature , dejà que l'emploi est sinistré , la situation de la dette effrayante , il manquait plus que celà au pinnacle de l'absurde en temps de crise , on ne fait pas de reformes douloureuses en periodes recessives car les gens se braquent , celà a été observé dans de nombreux pays en crises , il vaut mieux d'abord faire redemarrer l'economie et ensuite aleger ici les taxes improductives et re-equilibrer les taxes , une idée plus simple que la taxe carbone , taxer ce qui est polluant a 19%6 comme actuellement et ce qui est bien ecologiquement a 5,5% ce serait plus productif et celà passerait mieux socialement , je crains qu'on choississent toujours la taxe et les allocations de compensations , ce qui est une mauvaise chose car on va bientot jalouser son voisin qui sera ecologiquement sain

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :