Battue en Alsace, la gauche prend la Corse à la droite

 |   |  200  mots
La gauche a remporté les élections territoriales en Corse ce dimanche avec 36,6% des voix devant l'UMP (27,6%) et les deux listes nationalistes (25,9% et 9,8%).

La gauche a remporté les élections territoriales en Corse ce dimanche avec 36,6% des voix devant l'UMP (27,6%) et les deux listes nationalistes (25,90% et 9,8%). Un score élevé des nationalistes qui laisse planer le suspenses sur l'élection du futur président de région.

Au premier tour, La liste UMP était arrivée avec 21,34% en tête du premier tour. Mais, en totalisant plus de 40% des suffrages, les quatre listes de gauche étaient données favorites.

La surprise était venue des nationalistes qui ont réuni presque un électeur sur trois, devenant la deuxième force politique de l'île. La liste conduite par Gilles Simeoni, chef de file de la tendance modérée, a réuni 18,4% des voix, tandis que les indépendantistes emmenés par Jean-Guy Talamoni obtenaient 9,36%. Jean-Guy Talamoni a insisté sur "une chance historique, un sursaut du peuple corse qui est salutaire et porteur d'espérance pour l'île".

Le Front national (4,1%), les divers droite Jean Toma, soutenu par le MoDem (4,2%), et Jean-François Battini (0,5%), et enfin les écologistes de Jean-François Baccarelli (1,8%) n'ont pas franchi la barre des 5%.

Avec l'Alsace, la Corse avait échappé en 2004 à la vague rose qui avait fait basculer les régions à gauche.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :