Tous les commentaires sur ce premier tour des élections régionales

 |   |  956  mots
Retrouvez les réactions des principaux chef de file des partis en lice.

François Fillon, Premier Ministre : "Plus que jamais la réforme et le simplification de l'organisation territoriiale que nous souhaitons avec le Président de la République est nécessaire." "La faible participation ne permet pas de tirer un enseignement national".

Frédéric Lefebvre, porte-parole de l'UMP : "Plus de 90% des régions sont socialistes, or plus d'un Français sur deux ne va pas voter. Où est le vote sanction qu'on nous avait annoncé?". "Le PS et l'UMP sont au coude à coude. On a voulu voler cette élection aux Français mais rien n'est joué".

Xavier Bertrand, Président de l'UMP : "Une nouvelle élection commence ce soir". "Il y a une mobilisation nouvelle qui va se faire (...) Ça va se jouer dans un mouchoir de poche et nous ne laisserons pas voler ce deuxième tour comme ça a été le cas pour la campagne du premier tour".

François Bayrou, Président du Modem : « Les résultats disent que la France va mal. L'état du pays a dépassé la côte d'alerte et c'est un mauvais jour pour nous." "Etre minoritaire, c'est une déception, un désagrément, un passage rude un désagrément mais cela n'est pas une honte. Une vérité ne cesse pas d'être vraie parce qu'elle est minoritaire. Les Français auront besoin de responsables politiques qui leur disent la vérité." "Il y a une seule chose à dire ce soir : il faut continuer le combat. »

Cécile Duflot, tête de liste d'Europe Ecologie en Ile-de-France et secrétaire nationale des Verts entend "discuter d'un accord exigeant sur le fond" avec "nos partenaires" : "C'est très important d'avoir ces discussions sur le fond, on le fera dans la plus grande transparence avec les électeurs sur l'ensemble des sujets, régions par régions, avec j'espère un engagement national de la part de nos partenaires avec le respect du résultat de la démocratie",

Daniel Cohn-Bendit, chef de file d'Europe Ecologie : La gauche peut remporter toutes les régions." "Il y aura une vague rose-verte-rouge, puisqu'aucune force politique (de gauche) quelle qu'elle soit ne pourra seule remporter une région"."Europe Ecologie est la troisième force politique; en deux ans on a fait un chemin extraordinaire

Martine Aubry, Première Secrétaire du PS : "Les Français ont largement voté pour la gauche et placé le PS très nettement  en tête de celle-ci. Je veux me réjouir des résultats de tous les partenaires de la gauche. Ce résullat est un engament pour nous. Quand les socialistes sont unis et tournés vers les Français ils retrouvent leur confiance. Nous devons avoir la responsabilité de nous ouvrir à nos partenaires et de rassembler la gauche."

Laurent Fabius, député PS et ancien Premier ministre : « En Languedoc-Roussillon, en aucun cas nous n'appellerons à voter pour la droite et l'extrême droite".
"Beaucoup d'électeurs se détermineront en conscience et feront en sorte que la droite et l'extrême droite soient battues"

Georges Frêche, Président sortant de la Région Languedoc-Roussillon, candidat dissident  : "Au niveau national, c'est une victoire des présidents de région de gauche, ce n'est pas une victoire définitive (...) mais les présidents de région tirent leur épingle du jeu. Je ne voudrais pas que Martine Aubry explique que c'est elle qui a gagné, elle n'y est pour rien. Elle est venue ici, elle a fait des meetings, elle a envoyé toute la garde. Résultat: sa candidate fait 6%, c'est un désaveu cinglant de la direction nationale du PS"

Jean-Marie Le Pen, président du FN : "Le FN était annoncé comme vaincu, mort, enterré par le président de la République, eh bien il a démontré qu'il était une force nationale, et probablement de plus en plus grande"

Jean-Paul Huchon, Président PS sortant de la région Ile-de-France : il faut "construire dès ce soir l'alliance" avec Europe Ecologie et le Front de gauche "pour battre la candidate de droite" Valérie Pécresse, arrivée au premier tour en tête dans la région francilienne.

Elisabeth Guigou (PS), ex ministre de la justice, député de Seine Saint-Denis :  pour le second tour, le Parti socialiste a le "devoir" de "faire le rassemblement à gauche, de toute la gauche qui le veut". Dans les fusions de listes, "c'est le vote des électeurs qu'il faut respecter donc nous respecterons les proportions de voix du premier tour. Pendant la campagne, "j'ai vu des chômeurs, des gens en fin de droit, le pouvoir d'achat qui ne cesse de diminuer, des retraités qui ne peuvent absolument plus joindre les deux bouts et des agriculteurs au bord du suicide". Or "nous avons un gouvernement qui dit +on va continuer avec cette politique. (...). Je pense que les Français et les Françaises ont voulu dire +ça suffit (...) on a besoin de régions qui essayent de faire contrepoids à la politique du gouvernement".

Benoît Hamon, porte-parole du PS : il prédit "une cure d'austérité sans précédent" de la part du gouvernement après les régionales. "Parce que la France a exigé de la Grèce cette politique, comment, lorsque la commission européenne se retournera vers la France, pourra-t-elle refuser d'appliquer à elle-même ce qu'elle a demandé pour la Grèce?", s'est-il interrogé. "Il faut amplifier ce qui s'est passé au premier tour, ne pas croire que la victoire est acquise ce soir, loin de là. Il y a inconstablement un vote sanction. Mais l'essentiel c'est que ce vote soit utile le 21 mars et qu'il nous permette de constituer, partout où c'est possible, des boucliers sociaux".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/03/2010 à 6:30 :
Nous vivons dans un pays extraordinaire où la population continue encore à faire confiance à un gouvernement et un président qui n'ont eu de cesse que de réformer à la baisse par des mesures plus régressives les unes que les autres.
Il faut espérer qu'au deuxième tour tous les électeurs ainsi que les abstentionnistes creusent davantage l'écart.
a écrit le 15/03/2010 à 13:12 :
Frédéric Lefebvre est un grand humoriste ; l'ump aurait gagné, malgré une abstention plus forte, aux européennes l'an dernier, et n'aurait pas perdu aux régionales. Xavier Bertrand est aussi un humoriste ; tout le monde sait que la gauche a fait un "braquage à main armée" et a forcé les électeurs à voter pour elle!!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :