ING achète l'américain ReliaStar pour 6,1 milliards de dollars

 |  | 548 mots
Lecture 3 min.
Le géant néerlandais de la bancassurance ING a annoncé lundi le rachat, pour 6,1 milliards de dollars, de l'assureur américain ReliaStar. Aux termes d'un accord signé avec la direction de ReliaStar, ING rachètera la totalité des actions de cet assureur, huitième du marché américain de l'assurance vie, pour 54 dollars par titre. ING s'engage également à reprendre la dette de ReliaStar, estimée à 1 md USD. Le PDG du bancassureur néerlandais, Godfried van der Lugt, a affirmé lors d'une conférence au siège d'ING à Amsterdam que son groupe continuait cependant de "garder toutes les options ouvertes" concernant son offre sur l'autre assureur américain Aetna. ING avait lancé en mars une offre de rachat d'Aetna conjointement avec un autre groupe d'assurances américain, Wellpoint Health Networks, à 70 USD par action. Mais cette offre avait été rejetée par Aetna, qui jugeait les conditions financières "pas assez satisfaisantes". Grâce à l'acquisition de ReliaStar, qui devrait être finalisée d'ici la fin septembre 2000, le bancassureur néerlandais passerait de la 19ème à la 8ème place sur le marché américain en terme de revenus générés par les primes d'assurance vie. M. Van der Lugt --dont le mandat de président arrive à terme mardi--, s'est félicité de cette transaction qui, a-t-il dit, "représente une étape importante dans la réalisation de notre stratégie de croissance aux Etats-Unis, où nous voulons renforcer notre forte position de fournisseur de services financiers". "ING, qui est actuellement le 25ème assureur américain, va passer entre la 15ème et la 10ème place avec ReliaStar", a-t-il ajouté, en précisant que son groupe ambitionnait de faire partie des 10 plus gros assureurs en Amérique du Nord. Les fonds gérés par le nouvel ensemble devraient s'élever à 75 mds USD, ce qui doublerait pratiquement le montant des actifs actuellement gérés par ING aux Etats-Unis (39 mds USD). Les synergies réalisées grâce à cette acquisition devraient contribuer pour 25 M USD au bénéfice net d'ING en 2001 et pour 65 M USD en 2005, estime sa direction. Concernant le financement de cette opération, qui se fera sur fonds propres, M. Van der Lugt a précisé qu'ING procèderait à la vente de certaines de ses participations, notamment en actions. Interrogé sur le dossier du CCF, objet d'une OPA-OPE de HSBC, M. Van der Lugt a précisé que son groupe "préfèrerait" accepter l'offre en cash du groupe bancaire britannique. "ING n'a aucun intérêt à avoir des titres HSBC et préfère recevoir des liquidités pour sa participation, mais nous attendons de voir l'évolution du cours des actions pour prendre une décision définitive", a-t-il expliqué.ReliaStar, basée à Minneapolis (Minnesota) et dont la création remonte à 1885, emploie actuellement 3.800 personnes. Elle a réalisé un bénéfice de 74 M USD au premier trimestre, en hausse de 15% par rapport à la même période de 1999. ING, présent dans plus de 60 pays, compte pour sa part près de 90.000 employés. Il est la 5ème institution financière d'Europe en termes de capitalisation boursière. Après l'annonce de l'offre amicale de rachat sur ReliaStar, le titre ING évoluait de manière comparable à l'ensemble de la cote à Amsterdam, progressant de 0,6% à 60,38 EUR.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :