Barclays lance officiellement son offre amicale sur Woolwich

 |  | 403 mots
Lecture 2 min.
La banque britannique Barclays a conclu un accord avec sa compatriote Woolwich pour l'acheter par le biais d'une offre amicale en actions et en numéraire représentant 5,4 milliards de livres (9 milliards d'euros), selon un communiqué commun publié vendredi. Aux termes de l'offre, les actionnaires de Woolwich recevront 0,1175 nouvelles action Barclays et 1,64 livre pour chacun de leur titre. Ils détiendront après l'opération environ 11% du capital de Barclays. La transaction devrait être finalisée au quatrième trimestre. Barclays et Woolwich avaient annoncé mercredi qu'ils discutaient de ce projet d'offre, qui permettra à Barclays d'augmenter singulièrement sa présence sur le marché du crédit immobilier en Grande-Bretagne. Le prix de l'offre représente 31% de plus environ que le cours de clôture de l'action Woolwich le 8 août, avant l'annonce des discussions. Barclays et Woolwich avaient annoncé mercredi un prix de 5,5 milliards de livres mais l'action Barclays a depuis nettement reculé à la Bourse de Londres tandis que celle de Woolwich grimpait. Vendredi à la mi-journée, Barclays abandonnait 0,82% à 1 568 pence tandis que Woolwich gagnait 1,11% à 341,25 pence.Le communiqué souligne que Barclays et Woolwich auront ensemble plus de 1,4 million de clients sur l'internet et au total 16 millions de clients particuliers, ce qui donnera à Barclays "l'une des plus grandes bases de clientèle parmi les groupes de services financiers en Grande-Bretagne". Le directeur général de Woolwich, John Stewart, considéré comme l'architecte de la réussite du développement de Woolwich notamment sur l'internet, deviendra directeur général adjoint de Barclays. Les deux marques seront conservées, ainsi que les succursales des deux banques. Woolwich deviendra la marque du groupe dans le domaine du crédit immobilier. Les services administratifs seront fusionnés, ce qui offrira "des gains d'efficacité substantiels", selon le communiqué sans autre précision sur d'éventuelles suppressions d'emplois. Barclays et Woolwich tablent sur des synergies d'au moins 240 millions de livres par an avec des économies de coûts d'au moins 150 millions de livres par an. La transaction devrait augmenter les bénéfices de Barclays à partir de 2001.Le mariage annoncé entre Barclays et Woolwich a relancé les spéculations sur la concentration du marché bancaire au Royaume-Uni. Abbey National et Alliance & Leicester apparaissent, aux yeux des analystes, comme des proies possibles pour de grands groupes comme Lloyds TSB. En bourse, Abbey National gagnait 6,62% vendredi à la mi-journée et Alliance & Leicester 1,27%, tandis que Lloyds TSB cédait 2,09%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :