ING relève ses objectifs de résultats annuels

 |  | 566 mots
Lecture 3 min.
ING a annoncé jeudi un bénéfice net record de 5,584 milliards d'euros au premier semestre, en hausse de 65,6% par rapport aux 3,312 milliards d'euros réalisés sur la même période de 1999. Hors éléments exceptionnels -- ventes de diverses participations afin de financer ultérieurement les acquisitions annoncées au 1er semestre -- ce bénéfice s'est élevé à 2,071 milliards d'euros, en hausse de 28%, selon un communiqué du groupe. Réparti par action, le bénéfice hors exceptionnel s'établit à 2,16 euros par titre contre 1,69 euros lors des six premiers mois de 1999. AU 30 juin, le total de bilan d'ING était de 555,4 milliards d'euros contre 492,8 milliards d'euros à la même date de l'année précédente. "Ces résultats nous donnent confiance pour relever nos prévisions de bénéfice pour le reste de l'année. Le bénéfice net par action (hors éléments exceptionnels) devrait progresser d'au moins 20% en 2000 en incluant l'apport de l'assureur américain ReliaStar", a affirmé le PDG d'ING Ewald Kist. ReliaStar, acquis le 1er mai pour 6,1 milliards de dollars, devrait contribuer à hauteur de 90 millions d'euros au bénéfice net d'ING en 2000. La direction d'ING a réaffirmé vouloir faire une pause dans ses acquisitions après le rachat de Reliastar et des activités internationales de son homologue américain Aetna qui ont fait entrer le groupe d'Amsterdam dans le top 10 des assureurs aux Etats-Unis. "Après avoir réalisé d'importantes acquisitions dans les années passées, ING est maintenant dans une nouvelle phase de son développement", a déclaré sa direction en relevant ses objectifs financiers à partir de 2001. Le bancassureur veut notamment arriver à une hausse d'au moins 12% du bénéfice par action uniquement grâce à la croissance interne de ses activités. Parallèlement à ces annonces, ING a confirmé avoir accepté d'apporter ses titres à l'offre d'achat faite par la banque britannique HSBC sur le Crédit Commercial de France (CCF), convoité en vain par le Néerlandais. Le bénéfice réalisé lors de cette transaction devrait être comptabilisé au cours du troisième trimestre et conduira à un dividende exceptionnel de 0,38 euros par titre pour les actionnaires d'ING. Désireux de ne plus revenir sur cet épisode douloureux dans sa conquête du marché français, ING a tenu en revanche à mettre en valeur les succès de sa nouvelle banque par internet et téléphone, ING Direct, "qui a dépassé toutes les attentes" selon le groupe qui n'a pas donné plus de précisions. A un niveau global, le bénéfice net, hors éléments exceptionnels, des activités bancaires d'ING a augmenté de 41% au 1er semestre à 932 millions d'euros. ING Direct, implantée aux Pays-Bas, en France, en Espagne, au Canada, en Australie a elle enregistré une hausse de 62% de son nombre de clients à 432.000 pour 5,6 milliards de fonds gérés. La branche assurances d'ING a de son côté enregistré une hausse de 18,9% de son bénéfice net, hors éléments exceptionnels, à 1,139 milliards d'euros. Les résultats dévoilés par ING sont supérieurs aux prévisions des analystes qui tablaient sur un bénéfice net hors exceptionnel compris entre 1,970 et 2,051 milliards d'euros. A la Bourse d'Amsterdam, le titre ING a clôturé jeudi en hausse de 0,68% à 76,50 euros en début d'après-midi, sur fond de prises de bénéfices.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :