Usinor enregistre un bénéfice net de 166 millions d'euros au 1er trimestre

 |  | 541 mots
Le groupe sidérurgique français Usinor a dégagé un bénéfice net part du groupe de 166 millions d'euros au premier trimestre 2000, pour un chiffre d'affaires en hausse de 20,5%, à périmètre constant, par rapport au trimestre correspondant de l'année 1999. Ce résultat net est supérieur aux attentes des analystes, qui tablaient plutôt sur un bénéfice de 150 millions d'euros. Au premier trimestre de l'année dernière, Usinor avait enregistré une perte nette de 84 millions d'euros.Les ventes de l'ensemble des produits ont progressé en volume, parallèlement à une progression des prix moyens de vente. Le groupe prévoit d'ailleurs une poursuite de sa croissance dans ses diverses zones géographiques de vente, "même si une inflexion du rythme de croissance peut se faire aux Etats-Unis et en Asie", précise-t-il. En revanche, en Europe les perspectives continuent d'être bien orientées, souligne-t-il. Le résultat d'exploitation trimestriel du groupe s'est quant à lui établi à 284 millions d'euros, alors qu'il avait affiché une perte de 20 millions d'euros pour le même trimestre de l'année précédente. Les aciers plats au carbone progressent de 12,5% à 2,33 milliards d'euros, la transformation-distribution de 6,4% à 722 millions d'euros, les aciers inoxydables, alliage et plaques spéciales de 2 à 3%, à 987 millions d'euros. L'évolution positive des marges, souligne le groupe, est due tout à la fois à la bonne conjoncture en Europe ainsi qu'à la maîtrise et à la réduction des coûts. L'endettement a augmenté de 450 millions d'euros, en raison de l'augmentation des créances clients, favorisée par la bonne conjoncture. Le ratio dettes/fonds propres est ainsi passé de 0,59 à 0,66 entre le 31 décembre 99 et le 30 mars 2000, mais Usinor confirme qu'il devrait retrouver un niveau inférieur à 0,50 à la fin de l'exercice 2000.Après une ouverture en hausse à la Bourse de Paris, le titre Usinor marquait le pas et finissait finalement la séance en baisse de 1,29% à 13 euros à la mi-séance. Depuis le début de l'année, le groupe a vu sa valorisation fondre de plus de 30%. L'action Usinor, qui avait fortement rebondi entre la fin du mois d'avril et le milieu du mois de mai, a connu par la suite une véritable descente aux enfers. Le titre a été affecté par une étude de Lehman Brothers sur le marché de l'acier, la banque d'affaire américaine ayant abaissé ses estimations du prix de l'acier pour les mois qui viennent, ce qui pourrait pénaliser les résultats des sidérurgistes. "Nos estimations considèrent désormais que le prix de marché des bobines d'acier laminé à chaud devrait tomber à 310 dollars par tonne d'ici le 4ème trimestre 2000, puis se redresser modestement début 2001, lorsque le déstockage ralentira", explique dans cette étude l'analyste Richard Aldrich. Les prix se situent actuellement autour de 325-330 dollars par tonne.Usinor bénéficie pourtant d'un environnement extrêmement porteur. L'embellie de la croissance économique mondiale favorise l'accroissement de la demande d'acier inoxydable et d'acier plat au carbone, les deux métiers principaux du groupe. Pour l'année 2000, Francis Mer, Président directeur général d'Usinor, compte sur une hausse de 3 à 4 % de la demande européenne d'acier plat au carbone (55 % du CA 99). La demande mondiale d'acier inoxydable (21 % du CA 99) devrait quant à elle croître de 6 à 7 %.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :