Lastminute France, "une préparation intense", pour "trois engagements de livraison"

Que représente la saison de Noël pour Lastminute France ?Tout d'abord, il faut bien différencier nos deux pans d'activité. Pour la partie tourisme, les fêtes de fin d'année constituent la plus "petite haute" saison de l'année. Haute, car elle est importante en terme de chiffre d'affaires, puisqu'elle génère entre 15 et 18% des recettes annuelles. Petite, car c'est une période critique qui ne dure que dix jours et qu'il ne faut donc pas rater. Deuxième source de revenus : la partie cadeaux, billetterie, spectacles. Les achats de Noël devraient représenter 25% du chiffre d'affaires 2000 de cette activité. Quels moyens avez-vous mis en œuvre pour réussir la période des fêtes ?La préparation a été intense sur la partie tourisme et sur la partie cadeaux. Nous avons créé un univers spécifique comprenant un mini-site dédié et des offres de produits adéquates. Nous avons également passé des partenariats avec des sites qui ont eu des actions spécifiques pour l'occasion. De toutes façons, notre objectif est de répondre au mieux à notre cible, qui est essentiellement composée de CSP+ pressés, qui se déplacent peu et qui apprécient la préconisation et le conseil à l'achat. D'où un travail important sur la sélection des produits. La logistique nous a également demandé une préparation importante, même si nous ne possédons pas d'infrastructures physiques et que nous travaillons uniquement avec des partenaires logisticiens. Notre engagement est d'offrir au client trois options de livraison, en 4, 24 ou 48 heures. Enfin, de mi-novembre jusqu'en janvier, nous avons programmé une forte campagne de communication institutionnelle Lastminute, de 14 millions de francs, affichage et radio. Et Noël est une période propice pour ce type de campagne. D'ores et déjà, je peux vous dire que les produits qui ont fait un carton cette année sont, pour les cadeaux, les caméscopes numériques Sony, et pour les voyages, les Antilles et la Martinique.Dégriftour a été racheté par Lastminute en août dernier, peut-on revenir un instant sur les raisons de l'opération ? Lastminute et Dégriftour avaient le même passé de société online. Et Lastminute disposait du cash nécessaire pour racheter Dégriftour, le contraire n'était pas vrai. Pour Lastminute, le but était de consolider son savoir-faire sur le voyage en acquérant une crédibilité auprès de ses fournisseurs et en accédant à une base clients plus large, afin de pouvoir se concentrer sur les autres pans de son activité. Quant à Dégriftour, la société fonctionnait très bien en France mais voulait s'accroître à l'international. Entre septembre 99 et juin 2000, nous avons travaillé sur différentes méthodes : création d'une marque à consonance internationale - Globe Clicker - , ouverture de bureaux en Belgique. Mais asseoir vraiment la marque à l'étranger aurait coûté trop cher en temps et en investissements. Lastminute était la solution idéale. Qu'est-ce que cela va changer dans la stratégie de Lastminute ?Rien, Lastminute garde son positionnement mais renforce une activité qui représente une grosse partie de ses revenus. Sur l'exercice 1999/2000, terminé fin septembre avant la fusion, Lastminute a réalisé au niveau européen 6,4 millions d'euros de chiffre d'affaires. 53% du nombre de transactions concernaient les cadeaux et 47% les voyages. Mais ce dernier secteur a encaissé 87% des revenus. Le voyage a toujours eu une place prépondérante dans Lastminute, mais le site n'a pas vocation à devenir une agence online.Les projets de l'an 2001 ?Nous avons deux projets spécifiques, après l'intégration des équipes des deux sociétés, qui est finalisée aujourd'hui. Il s'agit d'abord d'intégrer tous les sites de Lastminute et de Dégriftour à l'international dans un même système technologique. Dans un second temps, nous nous concentrerons sur le "cross selling", c'est-à-dire sur l'optimisation de la distribution des produits sur tous les sites européens.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.