KPN va procéder à un nouvel appel au marché

L'opérateur néerlandais de télécommunications KPN a annoncé mercredi une augmentation de capital par émission d'actions au quatrième trimestre 2000, afin de financer sa croissance européenne, et notamment l'acquisition de licences UMTS de téléphonie mobile de troisième génération. Parallèlement à cette augmentation de capital, l'Etat néerlandais qui détient 43,5% du capital de l'opérateur, mettra également une partie de ses actions sur le marché, a précisé la direction de KPN. L'ensemble des actions mises sur le marché seront proposées aux investisseurs institutionnels et aux particuliers en Allemagne, aux Pays-Bas et aux Etats-Unis, a ajouté KPN, qui n'exclut pas un élargissement de l'offre à d'autres pays. Le groupe ne donnera des précisions sur le montant qu'il compte retirer de l'opération que lors de l'annonce de ses résultats semestriels, le 30 août. Le Financial Times de mercredi évoquait un montant de 1,5 milliards d'euros, qualifié de "trop élevé" par un porte-parole de l'opérateur interrogé par l'AFP. KPN a par ailleurs précisé que la mise sur le marché de sa filiale téléphonie mobile, KPN Mobile, aurait lieu en 2001. Initialement prévue pour le mois de mai dernier, l'introduction de KPN Mobile avait été retardée en raison des discussions avec l'opérateur espagnol Telefonica, puis repoussée successivement à l'été et à la rentrée avant d'être finalement programmée pour l'an prochain. "Nous avons choisi de réaliser une émission d'actions en premier car cette opération devrait nous rapporter plus que l'introduction en bourse de KPN Mobile", a expliqué le porte-parole, ajoutant "qu'il n'était pas judicieux de faire les deux opérations au même moment". KPN, dont la filiale téléphonie mobile a conclu le 12 juillet une alliance avec le japonais NTT DoCoMo et le groupe de Hong Kong Hutchison Whampoa pour la course aux fréquences UMTS en Europe, affiche pour ambition de devenir un des leaders européens de la téléphonie mobile et des services internet. Une ambition qui nécessite des investissements énormes, remarquent les analystes. En France, où KPN Mobile va se lancer dans la course à l'UMTS, le ticket d'entrée pour le précieux sésame coûte 4,95 milliards d'euros, auxquels s'ajouteront, pour les nouveaux entrants, les lourds investissements nécessaires pour construire et exploiter un réseau national. En Allemagne, le système de mise aux enchères, qui doit s'ouvrir le 31 juillet, risque également de pousser les les prix des fréquences à de très hauts niveaux : le gouvernement table sur un total de 60 milliards d'euros de recettes. Mais les sommets atteints en mai en Grande-Bretagne (38,5 milliards d'euros pour cinq licences) ne seront sans doute pas atteints. Aux Pays-Bas, où les enchères ont débuté il y a dix jours, les montants offerts par les six candidats - pour cinq licences - restaient, après neuf tours, très inférieurs aux sommes espérées par le gouvernement de La Haye. Les investisseurs ont réagi avec scepticisme, mercredi, aux annonces de KPN. Le titre de l'opérateur de télécommunications était en baisse de 7,3% à la clôture de la Bourse d'Amsterdam, à 42,87 euros.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.