Bouygues : Le titre accentue son recul

Le titre du groupe diversifié Bouygues, maison-mère de Bouygues Telecom, chutait de 6,91% à 647 euros mercredi vers 13h30 à la Bourse de Paris, alors que le marché doute des capacités du groupe à acquérir seul une licence de téléphonie mobile de 3ème génération en France, si le gouvernement retenait la procédure des enchères. Le chiffre d'affaires trimestriel du groupe, annoncé mardi après la clôture (+20% à 3,720 mds d'euros), a par ailleurs été jugé décevant par les opérateurs. Mardi, Bouygues avait déjà chuté de 6,71%. Le titre souffre également d'un abaissement des recommandations de la part de plusieurs sociétés de bourse, soulignent les opérateurs. "Ils n'ont pas la taille critique dans le téléphone mobile, et compte tenu de l'inflation observée dans le prix des licences UMTS, Bouygues n'a d'autre alternative que de trouver une alliance européenne", selon Philippe Moni, vendeur actions à Meeschaert-Rousselle. L'attribution aux enchères des licences UMTS étoufferait le marché dans l'oeuf, a estimé Martin Bouygues, PDG du groupe Bouygues. Les téléphones mobiles de troisième génération, dont le lancement commercial est prévu pour 2002, doivent permettre l'essor des services internet et des images animées sur l'écran des téléphones portables. En France, le gouvernement avait d'abord semblé s'acheminer vers une attribution des licences par une sélection comparative ou "concours de beauté". Mais, après la manne recoltée par les Britanniques (près de 40 milliards d'euros), il n'exclut plus de procéder à des enchères. Les sommes récoltées pourraient servir à réduire les impôts et l'endettement de l'Etat. La chute de Bouygues "paraît excessive, on arrive clairement dans des zones qui doivent être très proches des zones d'achat", estime de son coté Patrick Certner, de la société de bourse Ferri BBL (groupe ING). Les licences UMTS coûtent cher, mais le groupe Bouygues peut aussi compter sur les revenus de la chaîne de télévision TF1 et sur ceux de l'activité bâtiment, observe-t-il. Bouygues Télécom devrait commencer à engranger des bénéfices en 2001, a confirmé mardi son directeur général Patrick Leleu. TF1 et le BTP "n'ont pas vocation à être cédés par le groupe", souligne pour sa part Philippe Moni. "Le BTP est une activité qui a été créée de toutes pièces par le père (de Martin Bouygues), et par conséquent il y a un côté affectif lié à cette activité", rapelle-t-il. "Quand à TF1, c'est une source de cash-flow très importante. Et il y a aussi des synergies très importantes entre le téléphone et la télévision autour de l'internet, c'est du contenant et du contenu".

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.