Fusion Telefonica KPN : Madrid pose ses conditions

Un conseil d'administration extraordinaire du géant espagnol des télécommunications Telefonica se réunissait cet après-midi pour étudier une éventuelle fusion avec le néerlandais KPN. Une éventuelle alliance entre les groupes de télécommunications espagnol Telefonica et néerlandais KPN requiert la vente "d'une façon irréversible et immédiate" de la participation de l'Etat néerlandais dans KPN, a parallèlement affirmé le ministre espagnol de l'Economie Rodrigo Rato. Dans une lettre adressée à son homologue néerlandais Gerrit Zalm, M. Rato affirme que, selon la législation espagnole, avec 43%, le gouvernement néerlandais "détient une participation excessive dans KPN". Selon M. Rato, "les engagements du ministre néerlandais sur la vente de cette participation doivent se traduire dans les faits le plus rapidement possible". Le gouvernement espagnol juge "essentiel" de réduire au maximum les participations publiques dans des entreprises qui opèrent sur les marchés privés en vue de garantir la transparence des opérations de privatisations, poursuit M. Rato. Enfin, l'exécutif espagnol affirme soutenir le développement d'un marché européen unique et ouvert des télécommunications, formé par des entreprises privées et indépendantes, ajoute la lettre. Un conseil d'administration extraordinaire de Telefonica était réuni jeudi après-midi pour étudier une éventuelle fusion avec KPN.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.