Paris en hausse au terme d'une séance agitée

 |   |  912  mots
Séance particulièrement volatile sur le marché parisien, ce jeudi. Au lendemain d'un plongeon de 3,05% qui a ramené le CAC40 au-dessous de son niveau de la fin décembre 1999, l'indice parisien a d'abord profité d'achats à bon compte sur les technologiques pour ouvrir en hausse de 1,16% et engranger jusqu'à plus de 2% en matinée, à 6.076,66 points. Mais face à l'orientation hésitante des valeurs américaines, le marché a brutalement viré dans le rouge jusqu'à un creux de 5.848,42 points. Il est toutefois parvenu à opérer un important rebond avant le coup de cloche final. L'orientation des autres places européennes est mitigée mais l'EuroStoxx50 progresse tout de même de 0,23% à 4.754,36 points. Londres termine la séance sur un gain de 0,23%, tandis que Francfort accuse un repli de 1,13%. Le contrat novembre sur le Brent a atteint cet après-midi $35,22 après les attaques des hélicoptères israéliens contre Ramallah et l'attentat commis au Yemen contre un navire de guerre américain. L'impact sur la croissance de la flambée des prix du pétrole continue d'inquiéter les investisseurs, tandis que plusieurs sociétés américaines ont déjà révisé à la baisse leurs prévisions de croissance.Outre-Atlantique, après une ouverture en nette hausse (2,3% pour le Nasdaq), les indices boursiers se montrent très hésitants jeudi en début de séance. Malgré l'annonce de solides bénéfices par Advanced Micro Devices et de prévisions prometteuses de la part de Corning, le Nasdaq recule de 0,21% à 3.161,86 points vers 17h45. Au même moment, l'avertissement émis par Home Depot fait perdre 2,28% au Dow Jones, qui s'établit à 10.176,65 pts. Les inquiétudes à propos des perspectives bénéficiaires des entreprises américaines, alimentées par la baisse de l'euro et la hausse des cours du brut, continuent de tourmenter les investisseurs. Les intervenants seront attentifs, demain vendredi 13, à la publication des prix à la production et des ventes de détail de septembre aux Etats-Unis. VALEURS DU JOUR A PARIS Cours vers 17h30 Les valeurs de la nouvelle économie, qui bénéficiaient d'achats à bon compte ce matin, réduisent leurs gains et quelques unes d'entre elles s'inscrivent désormais en baisse. BUSINESS OBJECT prend encore 1,12% à 90,50 euros, CAP GEMINI 1,27% à 200 euros, STMICROELECTRONIC 2,63% à 48,80 euros, SIEMENS 0,14% à 138,90 euros, GFI informatique 0,99% à 35,85 euros. Parmi les médias, NRJ GROUP est toujours en forte hausse, des intervenants évoquant le discours rassurant, en matière publicitaire notamment, tenu par la société lors d'un déjeuner organisé mercredi par la société de Bourse CIC EIFB avec des gérants. Le titre gagne 6,10% à 40 euros. PUBLICIS prend également 4,75% à 30,90 euros et HAVAS ADVERTISING 1,39% à 16,08 euros. Le secteur télécom évolue en revanche sur une note mitigée : ERICSSON s'adjuge 4,49% à 16,65 euros, ALCATEL 3,76% à 71,80 euros, alors que l'équipementier prévoit de signer des accords globaux sur la fourniture d'infrastructures UMTS avec deux ou trois opérateurs internationaux dans les prochaines semaines. FRANCE TELECOM réduit ses gains à 0,83% à 97 euros, après un pic de 100,8. Le titre a perdu près de 20% de sa valeur lors des quatre dernières séances. NOKIA annule ses gains du matin et perd 2,63% à 36,65 euros, Les bancaires, l'autre grand secteur éprouvé la veille sur des craintes de pertes liées à leur exposition sur les opérateurs télécoms, suivent le mouvement : DEUTSCHE BANK limite ses gains du matin à 0,12% à 84,15 euros, BNP PARIBAS à 0,84% à 89,79 euros, CREDIT LYONNAIS reste stable à 39,75 euros (+0,00%), alors que SOCIETE GENERALE s'inscrit dans le rouge en cédant 2,22% à 55 euros. Les valeurs internet accélèrent leurs pertes : TRADER.COM chute de 7,10% à 9,55 euros, LIBERTY SURF de 8,70% à 15,75 euros, WANADOO 3,82% à 13,35 euros. Par ailleurs, LVMH prend 0,55% à 82,65 euros, après l'annonce d'un chiffre d'affaires en hausse de 35% au 3ème trimestre, à 2,862 mds d'euros. Sur les neuf premiers mois de l'année, la croissance des ventes du groupe atteint 38%. DANONE s'adjuge 1,60% à 152,50 euros. Le groupe enregistre un chiffre d'affaires en hausse de 6,3% à périmètre comparable au 3ème trimestre et en progression de 7,5% sur neuf mois, à 10,921 mds d'euros. BIC cède 0,30% à 42,90 euros après l'annonce d'un chiffre d'affaires en hausse de 17% sur les neuf premiers mois de l'année, à 1,125 mds d'euros. Sur le seul 3ème trimestre, le C.A. progresse de 9% à 377 M d'euros. CEGID, société de services informatiques, stable dans la matinée, perd 3,20% à 99,70 euros. Le groupe annonce une perte nette de 4,5 M d'euros au 1er semestre contre un bénéfice de 3,8 M d'euros un an plus tôt. VALEO cède 2,47% à 45,77 euros, après que le président de Delphi, répondant aux rumeurs récurrentes sur son intérêt supposé pour le groupe, eut affirmé qu'il ne négociait pas son rachat. ESSILOR perd 1,26% à 273,50 euros, fragilisée par la confirmation de la sortie de Saint-Gobain de son capital. Par ailleurs, le fabricant de verres optiques annonce son souhait d'accroître la liquidité du titre par conversion de ses 56.418 actions à dividende prioritaire en actions ordinaires, à raison de une pour une, et la division par dix de la valeur nominale de l'action. PERNOD RICARD avance de 3,79% à 56,20 euros, alors que le groupe envisage de céder sa filiale de préparation aux fruits, Sias-MPA, en plus de la cession d'Orangina-Pampryl, afin de financer l'éventuelle acquisition d'une partie des spiritueux de Seagram. Finalement, PEUGEOT gagne 2,12% à 211,90 euros après l'annonce d'une hausse de 9,4%, soit la plus forte du marché, de ses ventes de voitures neuves en septembre en Europe Occidentale. RENAULT, dont les ventes ont reculé de 13%, est stable à 49 euros (+0,00%). Pour l'ensemble du marché, les ventes ont reculé de 5,7% en septembre en Europe de l'Ouest.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :