Paris revient sous les 6.300 points à la clôture

 |  | 824 mots
Après avoir fait preuve de résistance dans la matinée, la Bourse de Paris accélère finalement ses pertes, plombée par les valeurs technologiques et télécoms. Peu après midi, le CAC40 s'est engagé sur une pente descendante, franchissant à la baisse le seuil psychologique des 6.300 pts. L'indice vedette termine sur un repli de 1,63% à 6.296,13 pts, dans un marché toutefois peu étoffé : 4 mds d'euros échangés sur le SRD. Le CAC40 limite désormais son gain annuel à 5,67%. Les autres places européennes suivent la même évolution et creusent leurs pertes dans l'après midi, dans la foulée des valeurs technologiques. Vers 17h30, Londres et Francfort reculent respectivement de 0,28% à 6.327,40 pts et de 0,92% à 6.798,90 pts, alors que l'Eurostoxx50 cède 1,01% à 4.952,97 pts. Après le statu quo de la Fed sur ses taux directeurs mardi, les opérateurs se montrent prudents avant la réunion de la Banque Centrale Européenne qui réunit son Conseil de politique monétaire jeudi. La plupart des analystes tablent sur un maintien des taux. Un relèvement de 0,25 pt, que certains n'excluent pas après les mauvais résultats en matière d'inflation des pays de la zone euro, pourrait être mal accueilli alors que le rythme de croissance au sein de la zone semble marquer le pas. Vers 17h, l'euro reste bloqué sous le seuil de 0,88 dollar s'échangeant à 0,8729 dollar.Outre-Atlantique, les craintes relatives aux valeurs technologiques sont à nouveau alimentées par l'avertissement lancé par Computer Associates sur ses résultats. Le Nasdaq composite évolue à ses niveaux les plus bas depuis 4 mois alors que les opérateurs s'inquiètent toujours que la croissance des résultats ne soit plus faible que prévu pour quelques poids lourds technologiques. Vers 17h30, l'indice phare des valeurs technologiques abandonne encore 1,25% à 3.412,50 pts après avoir cédé 5,9% en 2 séances. Au même moment, le DJIA progresse de 0,49% à 10.772,45 pts, les investisseurs semblant se porter sur des valeurs plus traditionnelles. Les marchés américains se montrent nerveux, n'affichant pas de tendance claire alors que les investisseurs commencent à lorgner vers l'Europe. Après Lehamn Brothers lundi, c'est au tour de Merrill Lynch d'avancer que les actions du Vieux Continent pourraient superformer leurs rivales américaines. LES VALEURS DU JOUR A PARIS (cours à 17h35 ) Les TMT mènent la baisse dans le sillage du Nasdaq. Aux technologiques, le fournisseur d'accès à Internet, WANADOO, la filiale de France Télécom, chute de 9,88% à 14.60 euros à la veille de la publication de ses résultats semestriels. Son concurrent, LIBERTY SURF trébuche pour sa part de 9,74% à 20.49 euros. THOMSON-CSF laisse 7,15% à 46.26 euros, SIEMENS 6,90% à 139 euros, DASSAULT SYSTEMES 6,28% à 86.50 euros, BUSINESS OBJECTS 5,30% à 119.80 euros, CAP GEMINI 4,74% à 217.20 euros, LARGARDERE 4,29% à 67 euros... Les prises de bénéfice se concentrent particulièrement sur les valeurs des télécommunications et des médias. FRANCE TELECOM se replie de 3,76% à 120,30 euros dans un marché de 2,35 M lots échangés. Les équipementiers des télécommunications subissent également des dégagements. SAGEM est en retrait de 6,87% à 217 euros, après avoir chuté la veille de 4,43% à 233 euros en réaction à l'annonce d'une hausse de 30,4% de son chiffre d'affaires pour les neuf premiers mois de l'année. BOUYGUES se déprécie également de 4,49% à 55.35 euros, ALCATEL de 4,43% à 73.35 euros. La fourchette des prix des actions reflet d'Alcatel Optronics, qui seront cotées à partir du 20 octobre à Paris et sur le Nasdaq, est comprise entre 85 et 100 euros, selon la Commission des opérations de bourse. Cette opération valorise la filiale d'Alcatel entre 1,402 et 1,897 milliard d'euros Sur le secteur des médias, NRJ GROUP dévisse de 8,21% à 39 euros. A contre-courant, SPIR COMMUNICATION prend 6,83% à 87.60 euros, dopé par des prévisions optimistes. Le groupe hôtelier ACCOR laisse 4,19% à 42.97 euros, au lendemain d'un rebond significatif. Selon La Tribune, les dirigeants d'Accor et de Granada doivent se rencontrer demain à Londres pour une éventuelle reprise des hôtels du britanique pour un montant de 5,8 mds d'euros. "Les rumeurs sur le prix, la structure ou le calendrier d'un accord éventuel sont pure spéculation". SCHNEIDER ELECTRIC est en baisse de 3,93% à 70.90 euros. JP Morgan a abaissé sa recommandation sur le groupe d'équipements électriques "d'achat" à "performance en ligne", en raison de la modification de l'environnement macro-économique. Au chapitre des hausses, NORBERT DENTRESSANGLE (+5,86% à 15.90 euros) grimpe de 3,53% à 15.55 euros. Le groupe français de transport et logistique Norbert Dentressangle a pourtant accusé une baisse de 25,3% de son bénéfice net semestriel. Les valeurs cycliques reviennent sur le devant de la scène. PECHINEY, qui va porter sa participation de 36,05% à 51,55% dans l'usine canadienne Tomago, s'apprécie encore de 1,44% à 45.90 euros. USINOR grimpe de 4,24% à 10.81 euros. Le sidérurgiste, qui souhaite accroître sa présence aux Etats-Unis, recherche un associé. "Nous devons être plus fort en Amérique du nord et à l'avenir en Asie de l'est", a déclaré son Guy Dolle, le vice-président du groupe. Pour le 3ème trimestre 2000, le groupe mise sur un excellent cru. Les opérateurs saluent les résultats semestriels de GTM. Le titre prend 3,85% à 135 euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :