Paris clôture en baisse à 6.311,03 points

 |  | 763 mots
Après avoir ouvert en hausse (+0,61%), le CAC 40 a rapidement plongé en territoire négatif tout en limitant ses pertes peu après l'ouverture de Wall Street. L'indice vedette recule finalement de 0,14% à 6.311,03 points. Le CAC gagne désormais 5,92% depuis le début de l'année. Les autres places européennes connaissent la même évolution. Vers 17h30, Londres et Francfort perdent 0,11% à 6.262,20 points et 0,33% à 6.791,86 points respectivement, alors que l'Eurostoxx50 cède 0,48% à 4.925,92 points. Les inquiétudes persistent quant au niveau des prix du pétrole, la faiblesse de l'euro et les perspectives de croissance des résultats des entreprises. Les opérateurs ont ainsi du mal à prendre des positions claires, après des rachats à bon compte ils se refusent de laisser courir leurs gains et revendent rapidement sur des prises de bénéfices. En outre, les danois sont appelés aujourd'hui à se prononcer sur l'adhésion de leur pays à la zone euro. L'issue très incertaine de ce scrutin maintient la devise européenne sous pression, mais reste cependant soutenue par les craintes d'une nouvelle intervention des banques centrales après l'action concertée de vendredi dernier. Vers 17h00, l'euro s'échange à 0,8828 dollars. Le marché pétrolier est lui aussi nerveux alors que les opérateurs tablent sur une augmentation de l'offre des pays de l'Opep, réunis en sommet à Caracas cette semaine, et des réserves stratégiques américaines. Le prix du baril de Brent, le pétrole de la Mer du Nord, a atteint 30,30 dollars ce matin. Outre-Atlantique, les marchés actions se montrent très irréguliers mais évoluent dans le vert au moment de la clôture à Paris. Le DJIA, qui ouvrait en hausse, accélère ses gains et prend 1,02% à 6.791,86 pts, porté par les valeurs financières et pharmaceutiques. Au même moment, le Nasdaq Composite prend des couleurs et s'adjuge 0,76% à 3.684,14 points après une ouverture à la baisse. Les statistiques américaines montrent une croissance économique plus forte que celle précédemment estimée, mais avec une moindre pression inflationniste. En effet le PIB progresse de 5,6% au 2ème trimestre contre 4,8% au 1er trimestre. La précédente estimation donnait une croissance de 5,3%. Quant au déflateur des prix, il est révisé en baisse avec une hausse de 2,4% au 2ème trimestre, contre 2,6% en première estimation et prévu par les marchés. Au 1er trimestre, le déflateur avait progressé de 3,3%. LES VALEURS DU JOUR A PARIS - Cours vers 17h30 en euros Devant la nervosité persistante des marchés, le segment des TMT est une fois de plus durement touché. Les investisseurs craignent un avertissement de la part de Motorola et boudent le secteur des équipementiers télécoms : ALCATEL, titre le plus actif de la séance, chute de 5.85% à 75.60, NOKIA de 4.99% à 45.50 et ERICSSON de 3.37% à 17.78. Du côté des concepteurs de jeux vidéo, UBI SOFT (+5.26% mercredi) et INFOGRAMES rétrogradent respectivement de 3.51% à 55.00 et 5.91% à 28.00, après que Sony eut annoncé ne pouvoir livrer que deux fois moins de consoles de jeux PS2 que prévu aux Etats-Unis. Après le profit warning de l'Américain Priceline et les démissions en série au conseil d'administration de T-Online, LIBERTY SURF et WANADOO reculent respectivement de 4.15% à 23.10 et de 2.01% à 16.60. Liberty Surf, qui avait chuté de 7,13% hier après l'annonce de pertes semestrielles deux fois supérieures aux prévisions, a touché un plus bas historique de 21,71 euros. La baisse des médias se poursuit après l'avertissement émis par le Britannique Granada Media concernant ses recettes publicitaires. TF1 (-4,70% hier) cède 6.97% à 66.05, HAVAS ADVERTISING 7.91% à 18.05 et PUBLICIS 6.94% à 35.01, tandis que LAGARDERE (-3.37% à 68.80) ne profite pas de ses chiffres en ligne avec les prévisions. Les résultats d'exploitation prévisionnels de EADS (+2.52% à 19.15) pour les années à venir sont "plutôt en avance" par rapport au plan de marche présenté lors de la création de la société en juillet dernier, explique Lagardère. En chute de 12,23% hier à la suite de la publication de résultats jugés décevants, BIC perd encore 4.68% à 42.00. CAI Cheuvreux et CDC Bourse abaissent leur recommandation sur le titre. RENAULT (+5.84% à 49.50), qui détient 37% du capital de Nissan Motor, est dynamisé par le constructeur japonais qui prévoit un relèvement de ses prévisions sur l'exercice. Les déclarations du Pdg de Delphi, qui envisage des acquisitions en Europe afin de profiter de la faiblesse de l'euro, fait grimper les équipementiers automobiles : VALEO prend 4.70% à 49.50, SOMMER ALLIBERT 2.90% à 47.95 et PLASTIC OMNIUM 2.66% à 112.00. MICHELIN s'adjuge 3.15% à 31.74 sur des rumeurs concernant un contrat que le fabricant de pneumatiques aurait signé avec Ford pour équiper son véhicule 4x4 Explorer.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :