Paris débute le mois d'octobre sous de bons auspices

 |  | 460 mots
Après un accès de faiblesse initiale (-1,85% à 6.150,49 points) dans le sillage de Wall Street, le CAC 40 est reparti à la conquête des 6.300 points, culminant en séance à 6.384,24 points. Au final, l'indice de référence, par ailleurs conforté par le retournement des marchés américains, s'est adjugé 1,32% à 6.349,24 points dans marché principalement animé par les TMT. Depuis le début de l'année, la performance de la cote parisienne ressort à 6.56%.Ailleurs, en Europe, l'optimisme a également prévalu. Amsterdam a fini en hausse de 0,71% à 666,22 points, Bruxelles de 1,15% à 3.091,10 points, Zurich de 2,29% à 7.889,9 points. Plus au sud, Milan s'est appréciée de 1,39% à 45.961 points, Madrid de 1,85% à 11.152,50 points. Francfort a fait en revanche figure d'exception, reculant de 1,32% à 6.887,91 points vers 17h00. L'attention des marchés financiers se focalisera cette semaine sur les banques centrales de part et d'autre de l'Atlantique. La Réserve fédérale ouvrira le bal mardi. A un mois des élections présidentielles, l'autorité monétaire américaine devrait passer son tour. La Banque centrale européenne et la banque d'Angleterre lui emboîteront le pas jeudi. Si cette dernière n'a guère d'éléments nouveaux pour justifier un tour de vis monétaire, il n'en est pas de même pour la BCE. D'aucuns misent sur un relèvement d'un quart de point de son taux directeur à 4,75%, afin de compenser les pressions inflationnistes dans la zone euro et juguler la faiblesse persistante de l'euro. Cette perspective stimule l'euro, qui se négocie à 0,8816 dollar au fixing à Londres après un pic à 0,8855 dollar dans la matinée. Aux Etats-Unis, Wall Street revient lundi en territoire positif sous la houlette des valeurs informatiques. L'atmosphère reste toutefois à la prudence à la veille de la réunion de la Fed. Laquelle devrait opter pour un statu quo. Comme en témoignent les dernières statistiques, l'économie américaine reste sous contrôle. L'indice des directeurs d'achat (NAPM), censé préfigurer l'évolution de l'économie à six mois, est ressorti en hausse à 49,9 en septembre, contre 49,5 le mois précédent. Un chiffre conforme aux prévisions. Les dépenses de construction ont par ailleurs progressé de 1,4% en août, après une baisse de 1,9% le mois précédent. Le consensus misait sur une hausse de 0,5%. Le DJIA progresse modestement de 0,09% (+10,36 points) à 10.661,28 points à 15h45. Vendredi, l'indice vedette a perdu 1,60% à 10.650,92 points. Les autres indices boursiers affichent de plus amples gains. Le Nasdaq s'avance de 0,67% (+24,69 points) à 3.697,51 points, contre 3.672,82 points (+2,79%) à la veille du week-end, et le Standard and Poor's 500 de 0,34% (+4,92%) à 1.441,43 points. Le titre Apple, qui a dégringolé vendredi de 52% après l'avertissement lancé sur ses résultats, regagne 3/8 à 26-1/8. Sur le marché obligataire, le rendement moyen sur les bons du Trésor à 10 ans remonte en revanche à 5,820% pour 5,778% vendredi soir, et celui à 30 ans à 5,917% pour 5,869%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :