Léger rebond à Paris

 |   |  877  mots
Profitant d'un léger regain d'intérêt pour les TMT dans le sillage du rebond historique du Nasdaq vendredi, la Bourse de Paris a terminé en progression de 0,39% à 6.088,04 points, dans un volume de 3,6 milliards d'euros sur le SRD. L'indice du Nouveau Marché, qui a cédé 13,5% sur l'ensemble de la semaine dernière, a de son côté regagné 4,13% à 3.766,27. Après une ouverture en hausse de 1,55% à 6.158,34 points, le CAC40, qui a reculé de 3,10% la semaine dernière, a rapidement réduit son avance. L'évolution en dents de scie des marchés boursiers trahit les incertitudes des investisseurs liées aux troubles au Proche-Orient, à la hausse des cours du pétrole et aux avertissements d'entreprises américaines sur leurs résultats. Les valeurs de technologie et de télécommunications ont tiré dans le vert certains marchés boursiers européens. A la clôture de Paris, l'EuroStoxx50 gagnait 0,17% à 4.790,65 points, tandis que le Dax, à Francfort, reculait de 0,92%. A Londres, le FTSE 100 de Londres a clôturé en hausse de 1,23%. Sur le marché des changes, l'euro est tombé à son plus bas de trois semaines contre le dollar, creusant ses pertes de la semaine dernière, sous l'effet des déclarations du président de la BCE. Dans un entretien au Times, Wim Duisenberg a laissé entendre que le G7 n'interviendrait pas si une grave crise au Proche-Orient entraînait une forte dépréciation de l'euro. A Luxembourg aujourd'hui, il a déclaré lors de la réunion consacrée à la situation de la monnaie unique sur les marchés, que la progression des prix du pétrole pourrait justifier un relèvement des taux d'intérêt en raison des craintes suscitées par l'inflation. Vers 17h45, la monnaie unique cotait 0,8483 dollar. Outre-Atlantique, après la très belle performance du Nasdaq vendredi dernier (+7,87%), les investisseurs étaient hésitants lundi en début de séance. Vers 17h30, le DJIA progressait légèrement, de 0,11% à 10.203,28 points après un pic à 10.267,28, tandis que le Nasdaq s'orientait résolument à la baisse, cédant 1,21% à 3.276,79 points, tiré vers le bas par Intel après des mises en garde de deux sociétés de Bourse sur le marché des microprocesseurs. Un nouveau repli des cours du pétrole soutient le marché, qui continue de surveiller de près le déroulement du sommet d'urgence pour la paix au Proche-Orient ainsi que l'arrivée des résultats trimestriels des sociétés. VALEURS DU JOUR A PARIS Les valeurs de la nouvelle économie mènent la hausse du marché parisien, médias en tête. TF1 signe ainsi une des plus fortes hausses du SDR en bondissant de 7,02% à 61 euros, LAGARDERE prend 3,98% à 61,35 euros, NRJ Group 1,43% à 39 euros. VIVENDI a viré dans le rouge dans l'après-midi, pour terminer sur un recul de 0,71% à 84,30 euros après avoir obtenu à l'arraché, vendredi soir, le feu vert de la Commission européenne à son projet de fusion avec Canal+ et Seagram. Autorisation sous conditions, notamment la vente par Vivendi de sa participation dans la télévision BSkyB et la garantie d'accès aux films Universal à d'autres télévisions à péage. CANAL+ clôture étale à 170 euros. En revanche STUDIOCANAL prend encore 2,15% à 9,50 euros. Les agences de publicité poursuivent leur rebond : PUBLICIS prend 3,06% à 32 euros et HAVAS ADVERTISING 1,54% à 16,52 euros. Le secteur du jeux est également bien entouré : UBI SOFT ENTERTAINEMENT s'adjuge 6,1% à 48 euros, INFOGRAMES 1,54% à 19,80 euros. Les télécoms limitent sensiblement leurs gains du matin : FRANCE TELECOM gagne 0,99% à 102 euros après avoir chuté de 12% sur l'ensemble de la semaine dernière. NOKIA gagne pour sa part 5,01% à 38,75 euros, ERICSSON 3,52% à 17,35 euros, ALCATEL de 2,32% à 77,05 euros et BOUYGUES de 1,39% à 47,45 euros. WANADOO prend 7,69% à 14 euros après avoir perdu quelque 23% depuis le début du mois. Le titre rebondit sur des rumeurs de finalisation du rachat de la première société française d'enchères en ligne, iBazar, par échange d'actions. Les discussions auraient été suspendues en raison de l'instabilité des marchés mais aussi de la chute de l'action Wanadoo. En revanche, son concurrent LIBERTY SURF, toujours à la recherche d'un éventuel repreneur, chute encore de 11,92% à 11,90 euros, après avoir atteint de nouveaux plus bas historiques et avoir été réservé à la baisse. Le titre a perdu 53% de sa valeur en Bourse depuis l'annonce de résultats décevants le 26 septembre. Le fournisseur d'accès internet avait atteint un record de 79 euros le 16 mars. Par ailleurs, INGENICO gagne 3,35% à 39,80 euros, après l'annonce d'un chiffre d'affaires en progression de 44% au 3ème trimestre à 52,5 millions d'euros. BULL gagne 3,19% à 6,79 euros, alors qu'il annonce une baisse de 5,5% de son chiffre d'affaires au 3ème trimestre, à 630,1 millions d'euros. THOMSON MULTIMEDIA s'octroie 3,22% à 50,65 euros, à la veille de son chiffre d'affaires trimestriel. ESSILOR s'adjuge 1,48% à 274 euros, après l'annonce d'une progression de 19,2% de son chiffre d'affaires à 1,48 milliards d'euros, sur les neuf premiers mois de l'année. En données comparables, la croissance des ventes s'établit à 6,7%. Parmi les valeurs en baisse, AGF cède encore 1,54% à 64 euros, après avoir été l'une des rares valeurs du CAC à progresser la semaine dernière (+3,34%). TOTALFINAELF, en baisse de 2,81% à 173,10 euros, continue de subir des prises de bénéfices. PECHINEY cède 3,15% à 39 euros, alors qu'il annonce le lancement d'une offre publique d'achat sur l'américain JPS Packaging, fabricant d'emballages flexibles et de bouteilles plastiques. L'offre valorise l'américain à 45 millions de dollars.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :