Etats-Unis : consommation soutenue, prix à la production stables

 |  | 341 mots
L'accroissement des ventes au détail a dépassé, pour le deuxième mois consécutif, les anticipations des analystes. La hausse de 0,7% du mois de juillet est en effet la plus forte depuis février dernier et les économistes interrogés par Reuters tablaient sur un chiffre de +0,4%. Pour le mois de juin, la progression des ventes au détail a par contre été révisée en légère baisse, à 0,4% contre 0,5% lors de la précédente estimation. En glissement annuel, cet indicateur est ressorti en hausse de 8,1% au mois de juillet 2000, illustrant l'appétit de consommation des ménages américains.En excluant le secteur automobile, traditionnellement volatil, les ventes au détail ont grimpé de 0,6% en juillet, après un gain de 0,3% en juin. Les ventes de meubles et de matériel de construction, qui sont traditionnellement corrélées au niveau des taux d'intérêt, ont quant à elle bondi de 1,3%, malgré le cycle de resserrement monétaire mis en oeuvre par la Réserve fédérale à partir du mois de juin 1999. Alan Greenspan et ses collègues ont, depuis lors, relevé à six reprises les taux d'intérêt américains.Pour Evariste Lefeuvre, économiste de CDC Marché, la progression des ventes au détail est "en ligne avec le retournement de l'indice de confiance des consommateurs américains en juillet". Celui-ci s'est établi à 141,7 en juillet, contre 139,2 en juin, selon les chiffres publiés le 25 juillet dernier par le Conference Board.L'indice des prix à la production a par contre renvoyé l'image d'une économique américaine sur la voie du ralentissement. Le "PPI" est en effet resté stable en juillet, alors qu'il était attendu en hausse de 0,1%. En glissement annuel, il s'établit à +4,1% contre +4,3% le mois précédent. L'indice de base, qui exclut l'énergie et l'alimentation, est pour sa part ressorti en hausse de 0,1%, en ligne avec les attentes du marché. Pour CDC Marchés, ces statistiques ne devraient pas inciter la Fed à relever ses taux d'intérêt le 22 août prochain.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :