Croissance au beau fixe dans les pays de l'OCDE

 |  | 503 mots
La conjoncture économique est radieuse dans les pays industrialisés. C'est ce qui ressort du communiqué publié à l'issue de la première journée de travaux de la conférence ministérielle de l'OCDE. L'organisation a estime en effet que "la quasi-totalité des 29 pays industrialisés de l'OCDE bénéficient de rythmes de croissance plus élevés", les plus rapides depuis 1988, accompagnés d'une "faible inflation et d'une baisse du chômage". L'inflation, laissée pour morte après les crises asiatiques et russes, inquiète de nouveau les responsables des pays industrialisés. Ils demandent notamment à la Réserve fédérale américaine, qui se réunit mardi, et à la Banque centrale européenne (BCE), de rester vigilantes pour assurer une croissance durable et non inflationniste. Ainsi, dans la zone euro, la politique monétaire doit continuer à se concentrer sur la stabilité des prix, afin de contribuer à maintenir des conditions favorables à une expansion économique durable et non inflationniste", souligne le communiqué, qui note que les perspectives de croissance et d'emploi à court terme sont plus favorables qu'elles ne l'ont jamais été depuis la fin des années 1980. Même les Etats-Unis, qui sont dans leur dixième année de croissance ininterrompu,e donnent des inquiétudes à leurs partenaires, parce qu'ils vivent au-dessus de leurs moyens. L'épargne des ménages est au plus bas et le déficit des comptes courants atteint plusieurs centaines de milliards de dollars. Quant au Japon, grand malade du G7, les ministres notent certes une amélioration de la situation économique mais demandent à la Banque du Japon et au gouvernement de ne rien entreprendre qui la mette en danger: pas de hausse des taux ni de consolidation budgétaire avant que la reprise soit véritablement installée. La nouvelle économie a également préoccupé les ministres. L'innovation et les technologies de l'information ont été des moteurs de la productivité, de la croissance et de l'emploi, en particulier aux Etats-Unis, mais aussi dans de nombreux autres pays, souligne le communiqué. Mais, avertit l'OCDE, il faut "prendre sérieusement en compte" le risque d'une "fracture numérique" ("digital divide") entre les pays qui ont accès aux nouvelles technologies et les autres, en particulier certains pays en développement. Cette fracture peut aussi diviser les catégories sociales dans un même pays. Mardi, les ministres vont se préoccuper essentiellement de commerce international en présence, notamment, du commissaire européen chargé de ces questions, Pascal Lamy, et de son homologue américaine, Charlene Barshefsky. Le directeur général de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), Mike Moore, sera également à Paris, pour participer à un forum organisé par l'OCDE qui se déroule parallèlement à la réunion ministérielle. C'est la première fois qu'autant de ministres en charge du commerce se retrouvent sous un même toit, depuis l'échec en novembre de la réunion de l'OMC à Seattle, qui n'était pas parvenue à lancer un nouveau cycle de négociations commerciales multilatérales.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :