Le point sur ... les warrants

 |  | 612 mots
Lecture 3 min.
Quels sont actuellement les sous-jacents les plus prisés par les amateurs de warrants ?« Le marché boursier parisien se caractérise en ce moment par l'absence de tendances franches et par des volumes d'échanges réduits. Dans ce contexte, le marché des warrants tourne lui aussi au ralenti. Seuls quelques titres, marqués par une actualité forte, tirent leur épingle du jeu, et attirent l'attention de nos clients. « Parmi ceux-ci, Vivendi continue de s'illustrer après la correction subie par le titre dans le sillage de l'annonce du rachat du canadian Seagram. Les investisseurs escomptent un rebond technique du cours, et se positionnent en conséquence sur des call warrants. A ce titre, je tiens à mettre en garde les opérateurs sur les warrants adossés à Canal+, dont la volatilité devrait progressivement baisser à mesure que le titre sera assimilé à Vivendi. Une chute de 15 points de la volatilité implicite de l'action pourrait intervenir dans les prochains mois, ce qui déprimerait le cours des warrants adossés à cette valeur. « Les produits dérivés adossés à l'action Equant continuent également de rencontrer un certain succès après que la valorisation de la société ait été divisée par deux à la suite de la publication par l'opérateur de pertes nettes au 1er trimestre de son exercice 2000. On a également constaté un peu de mouvement sur les warrants adossés à Usinor, depuis que le titre a sévèrement corrigé dans la deuxième quinzaine du mois de juin. « Comme pour les marchés actions, c'est donc le « stock picking » qui prévaut actuellement pour les amateurs de warrants. Cette tendance pourrait se prolonger avec l'arrivée de la période estivale, qui est traditionnellement marquée par une contraction des volumes échangés. »Les valeurs internet « pures » continuent d'être sous pression sur le marché américain. Quelle est l'attitude des investisseurs français à l'égard des warrants adossés à des titres tels qu'AOL, Yahoo ou T-Online ?« Après la vaste correction intervenue sur ces titres, il est certain que les risques de baisse sont beaucoup plus limités, ce qui devrait peut-être inciter les investisseurs à se positionner sur des call warrants dans l'espoir d'un retour de l'engouement des marchés pour les « dot com ». Les gens sont toutefois un peu échaudés par la chute vertigineuse de ces titres, et les craintes relancées sur Amazon ne feront rien pour améliorer le sentiment de marché. « Concernant T-Online, la filiale internet de Deutsche Telekom, les faibles volumes d'échanges sont avant tout liés à une certaine méconnaissance du titre, qui n'a pourtant pas manqué d'actualité au cours des derniers jours avec les rumeurs de rachat du fournisseur d'accès britannique Freeserve. « Dans ce contexte, nos clients privilégient avant tout les valeurs « hardware », comme les fabricants de semi-conducteurs (Intel, notamment) ou l'équipementier télécom Cisco. »Le calme actuel du marché boursier parisien s'est-il traduit par une détente sensible de la volatilité implicite de l'indice CAC40 et cela a-t-il modifié les stratégies des investisseurs ?« La volatilité implicite de l'indice parisien a effectivement chuté au cours des dernières semaines. Elle est aujourd'hui de 22%, loin des 30 à 35% atteints au cours de la période la plus instable vécue cette année par l'indice vedette de la Bourse de Paris. Le potentiel à la baisse de la volatilité est donc extrêmement faible actuellement, ce qui rend opportunes les stratégies de couvertures en prévision des mouvements erratiques qui animent souvent les marchés boursiers pendant l'été. Un put à la monnaie (6600 points), d'échéance mars 2001, semble parfaitement approprié pour éviter de telles déconvenues. »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :