Le London Stock Exchange se protège contre les OPA

 |  | 366 mots
Les actionnaires du London Stock Exchange, appelés à se prononcer sur une réforme des statuts de l'organisation, ont décidé jeudi de refuser de lever le plafond de 4,9% imposé à tout actionnaire de la Bourse londonienne. Cette décision constitue un sérieux revers pour le marché suédois OM Gruppen, qui a lancé une OPA hostile contre la vénérable institution britannique.Au cours d'un vote à mains levées, les actionnaires du LSE - essentiellement les anciens brokers et les maisons de titres qui interviennent sur le marché - se sont prononcés à 47% contre la levée de cette limitation, et à 42% en sa faveur. Le président du LSE, Don Cruickshank, a annoncé qu'un vote à bulletin secret va être organisé. Une victoire du oui à la levée de la limitation sur l'actionnartiat est d'autant plus improbable qu'une majorité de 75% serait nécessaire.Ce premier vote constitue une sérieuse déconvenue pour OM Gruppen. D'une part parce que, tant que le plafond n'est pas levé, la Bourse suédoise ne peut espérer prendre le pouvoir. Et d'autre part parce que ce vote montre clairement que les actionnaires du LSE ne sont pas, dans leur majorité, enclins à lui apporter leurs titres.Si les actionnaires de la Bourse de Londres semblent ainsi vouloir donner un répit à leurs dirigeants, ces derniers ne sont pas pour autant tirés d'affaires. Le LSE est en effet en plein désarroi, après la démission de son directeur général et l'effondrement de ses projets stratégiques, au premier rang desquels la fusion avec la Bourse de Francfort.Objet de toutes les critiques, le Stock Exchange est aujourd'hui largement déconsidéré, et le recours, pour se protéger contre une OPA non sollicitée, à des contraintes statutaires sur l'actionnariat, que les boursiers sont en général les premiers à refuser, n'est pas pour rétablir son prestige.L'institution londonienne doit donc maintenant profiter du répit qu'elle s'est accordée pour définir de toute urgence une nouvelle ligne stratégique, sachant qu'OM Gruppen n'a pas dit son dernier mot et que la Deutsche Börse, Euronext et le Nasdaq sont tous intéressés.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :