Pétrole : le Brent dépasse les 33 dollars, au plus haut depuis dix ans

 |  | 383 mots
Lecture 2 min.
Le cours du pétrole a inscrit un nouveau record depuis plus la guerre du Golfe mercredi à Londres, atteignant brièvement le seuil des 33,56 dollars. Les analystes considèrent qu'une hausse de la production de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) dimanche ne suffira pas à combler la faiblesse des réserves américaines. En fin d'après-midi, le baril de Brent pour livraison la plus rapprochée en octobre valait 33,40 dollars sur l'International Petroleum Exchange (IPE). Lundi, le prix du baril de Brent avait atteint son plus haut niveau depuis 10 ans à 32,80 dollars.Sur le marché américain, le baril de Light Sweet Crude pour livraison en octobre a lui-aussi atteint des niveaux records, montant jusqu'à 34,45 dollars mercredi, avant de se détendre quelque peu. Les analystes s'accordent à dire que les prix du pétrole vont rester élevés. Ils doutent en effet que l'Arabie saoudite soit prête à mettre en oeuvre une augmentation suffisante de sa production. Le ministre saoudien du pétrole Ali al-Naimi a d'ailleurs indiqué mardi qu'il doutait que le monde ait besoin de davantage de pétrole.Les membres de l'Opep, qui fournissent approximativement le tiers du pétrole commercialisé dans le monde, considèrent que les cours sont maintenus à la hausse par le manque d'offre en ce qui concerne les produits raffinés comme le fioul domestique, plus que par une pénurie supposée de brut. Les experts attendent toutefois une prochaine hausse de 500.000 barils par jour des quotas de production de l'Opep, peut-être dès dimanche à l'occasion de la réunion des ministres des pays-membres du cartel. Le panier de l'Opep, qui sert de référence à l'organisation dans le cadre de son mécanisme de régulation des prix, cotait 32,50 dollars mardi, au-dessus de la fourchette de référence de 22 à 28 euros pour le 17ème jour ouvré consécutif. L'organisation avait décidé en juin d'une augmentation automatique des quotas de production en cas de dépassement, pendant 20 jours ouvrés, du seuil des 28 dollars.Dans ce contexte, les pressions politiques se multiplient à destination des pays producteurs de pétrole. Loyola de Palacio, commissaire européen en charge de l'énergie, a notamment fait savoir mercredi que l'Union européenne visait un baril de pétrole brut autour d'une "vingtaine de dollars".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :