Cyber-Comm lancera sa solution de paiement sécurisé en mars

Le système de paiement sur Internet Cyber-Comm devrait être officiellement lancé au printemps prochain auprès de 20 000 foyers français. Les établissements bancaires partenaires de ce projet (BNP, Crédit lyonnais, Crédit agricole, Société générale, La Poste, CCF, Caisse d'épargne, Banque populaire, Crédit mutuel), ainsi que plusieurs entreprises dont Alcatel, Cap Gemini et Bull, remettront (gratuitement pour certains) pour l'occasion un lecteur de carte à puce à leurs clients. Finalisée en décembre dernier, la solution de paiement sécurisé sur Internet proposée par Cyber-Comm utilise un lecteur qui sécurise les transactions, puisque le code de la carte bancaire ne circule pas sur le Réseau. Le lecteur de carte à puce peut être externe et connecté au micro-ordinateur, mais il pourra également être à terme intégré au clavier, à une souris, à un décodeur pour TV ou même à une télévision. Ce système devrait permettre de résoudre les nombreux litiges liés aux transactions réalisées sur Internet, dans la mesure où le numéro de carte bancaire (et non le code personnel) est transmis chiffré par le lecteur sécurisé jusqu'au système de la banque. Ce numéro ne pourra donc être intercepté ni sur le PC de l'utilisateur, ni sur le serveur Web du site marchand.En France, 50 % des litiges de l'ensemble des paiements par carte bancaire sont générés par les 2 % de transactions réalisées sur le Web. Aux États-Unis, les systèmes de paiement sécurisé sont en plein développement, sans toutefois faire usage des cartes à puce, qui y sont encore peu répandues. Cyber-Comm espère commercialiser 200 000 lecteurs de carte à puce courant 2000, puis 2 millions courant 2002.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.