Web-profils crée une nouvelle place de marché des services informatiques

 |  | 558 mots
"Web-profils n'est pas une start-up et je n'ai pas fait le tour des business-angels de Paris, souligne Jean-Luc Gardie, 59 ans, créateur de l'entreprise. Fondée avec trois millions de francs, levés auprès de la Financière Vecteur (groupe Natexis-Banques Populaires) et d'Arcole, deux sociétés de capital-investissement avec lesquelles Jean-Luc Gardie a déjà travaillé, Web-profils n'en repose pas moins sur un concept très "nouvelle économie": celui des places de marché. "Le business-model actuel du marché des SSII est complètement dépassé, affirme Jean-Luc Gardie. Prestataires et clients ont les mêmes objectifs mais rencontrent les mêmes problèmes, dus aux mêmes tares". Pour pallier ce qu'il appelle "la menace d'asphyxie du marché des compétences", Jean-Luc Gardie veut donc faciliter la mise en relations des donneurs d'ordres et des prestataires de services informatiques. Un marché qu'il sait étroit, estimant le potentiel à quelque 3000 entreprises : 500 sociétés de services, 300 sociétés de conseil et leurs clients. Sur le site de Web-profils, les prestataires pourront donc présenter les compétences de leurs consultants, sous forme de CV simplifiés et anonymes (pour éviter de transformer Web-profils en site de recrutement). Les donneurs d'ordres, eux, pourront consulter cette base de compétences et publier des appels à compétences. Libres ensuite à eux de se mettre directement en relation : Web-profils n'a pas l'intention de gérer les transactions jusqu'à leur terme. Neutre, la place de marché ne sera pas non plus un site de comparaison de prix ou de surveillance de la concurrence : les tarifs des prestataires ne seront pas publiés et les prises de contacts restent confidentielles et invisibles aux autres membres de la communauté. Les utilisateurs de Web-profils ne paieront que le prix de l'abonnement mensuel, qui dépendra de la taille des entreprises : un prestataire employant moins de 50 personnes déboursera ainsi environ 1500 francs par mois, les plus grosses SSII françaises 15000 francs mensuels. "L'objectif est que l'abonnement au site ne représente pas plus de 2% du budget commercial des sociétés", explique Jean-Luc Gardie. Les tarifs seront également progressifs pour les donneurs d'ordres, en fonction de la taille de leur direction informatique.Le site se veut aussi, pour les SSII, un moyen de faciliter l'adéquation des missions confiées aux ingénieurs ou consultants à leurs compétences réelles. Et donc d'aider ces entreprises à réduire leur turnover. "Dans les SSII, le turnover dépasse souvent 30% chez les salariés confirmées, souligne Jean-Luc Gardie. Le réduire de 10% peut donc générer des gains énormes". L'accès au site est cependant gratuit pour les utilisateurs inscrits jusqu'à la fin de l'année, afin d'assurer le lancement, limité à l'Ile de France. Ouvert aux seuls prestataires pendant un mois, Web-profils mettra la base de compétences ainsi constituée à la disposition des donneurs d'ordres à la fin du mois d'octobre. Jean-Luc Gardie table sur un flux permanent de 400 compétences pour le courant du premier semestre 2001, mais souligne qu'une base de 200 "CV" correspond aux disponibilités moyennes d'une SSII de 1000 personnes.Web-profils, qui emploie actuellement 4 personnes, vise l'équilibre financier dès l'été 2001. Contrôlée par Jean-Luc Gardie et les deux fonds qui l'ont financée, la société a créé une société civile afin de distribuer des actions à ses utilisateurs fidèles.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :