Jet Multimédia : La chute du titre se pousuit

La descente aux enfers du titre Jet Multimédia s'est poursuivie jeudi, l'action abandonnant 5,71% à 37,15 euros, après avoir chuté de plus de 10% la veille. Depuis le 21 juin dernier, le groupe a vu sa valorisation fondre de plus de 40%. Mercredi, le groupe lyonnais annonçait avoir "pris acte" de la position exprimée par le conseil d'administration de CGBI quant au projet de fusion entre les deux sociétés, annoncé le 8 juin dernier.Hier matin, les administrateurs de CGBI s'étaient en effet prononcés contre le projet de fusion par échange d'actions, établi sur la base d'une parité de 9 actions Jet Multimédia pour 4 actions CGBI. " L'échec de la tentative d'introduction en bourse d'Europe Explorer créée une situation nouvelle qui a un impact sur les principaux paramètres financiers de la fusion Jet Multimédia/CGBI actuellement en projet", estiment les dirigeants de CGBI dans un communiqué. Jet Multimédia avait annoncé jeudi dernier le report à une date ultérieure de l'introduction de sa filiale Europe Explorer, un fournisseur d'accès à l'internet sans abonnement. avec surfacturation des communications téléphoniques.Sur la base du cours de clôture de Jet Multimédia à la veille de la présentation du projet, la parité de fusion annoncée valorisait l'action CGBI à 36,2 euros, en dessous de son dernier cours (38,75 euros). " Certes, cette parité représente une légère décote, reconnaissait à l'époque Pierre Col, le directeur général adjoint de Jet Multimédia Mais nous ferons tout, d'ici septembre, pour assurer la meilleure offre possible aux actionnaires minoritaires. Ceux-ci vont aussi pouvoir profiter d'une meilleure liquidité ". Seuls 10% du capital de CGBI sont actuellement dans le public. Jet Multimédia, qui avait souligné à l'époque le "fort impact relutif" du projet, explique aujourd'hui qu'il "n'a pas souhaité revoir la parité de cette fusion, qui n'aurait plus alors reposé sur une réalité économique".La fusion, la première de cette taille en France entre sociétés internet, devait donner naissance à un groupe représentant un volume d'affaires pro-forma 2000 de plus de 180 millions d'euros, soit 1,2 milliards de francs."Les dirigeants et les principaux actionnaires de CGBI, sous prétexte d'un risque sur les cours de bourse, ont remis en cause notre projet de fusion, déclare Eric Peyre, le président du conseil de surveillance de jet Multimédia. On peut regretter que des conditions purement conjoncturelles aient pris le pas sur la volonté initiale de mener à bien un rapprochement permettant de constituer un acteur global sur le marché des nouvelles technologies".

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.