La stratégie Internet d'Orange passe par la reconnaissance vocale

L'opérateur de téléphonie mobile britannique Orange, désormais filiale de France Télécom, a présenté jeudi sa nouvelle stratégie pour l'internet, avec le lancement de la plate-forme OrangeWorld, des acquisitions et le lancement d'un fonds d'investissement de 300 millions de livres (480 millions d'euros). "Il existe un grand fossé entre notre vision du monde sans fil pour demain et celui dans lequel nous vivons", a déclaré le directeur général d'Orange, Hans Snook, cité par un communiqué. Un jour, "vous direz simplement ce que vous voulez, quand vous voulez et où vous voulez", promet-il. OrangeWorld se veut un "centre de communications personnalisé", a-t-il poursuivi en expliquant que le téléphone portable, de plus en plus activé par la voix, se miniaturise et deviendra "peut être aussi petit qu'un écouteur". M. Snook table sur une hausse rapide de la pénétration des terminaux portables, à plus de 150% "voire 300%" contre plus de 50% actuellement grâce à la diversification des appareils et des utilisations. Orange a déjà signé vingt accords avec des fournisseurs de contenus et entend développer, du côté des réseaux de diffusion, des accords pour des réseaux virtuels. Le groupe annonce ainsi un accord proche avec "un opérateur national de lignes fixes", qui utilisera le réseau et les services d'Orange sous sa propre marque en échange d'un pourcentage sur le chiffre d'affaires réalisé. Orange discute également avec des câblo-opérateurs, alors que France Télécom s'est allié l'an dernier au premier d'entre eux en Grande-Bretagne, NTL. Le nouveau fonds d'investissement, Orange Ventures, servira à trouver des compagnies spécialisées dans les nouvelles technologies, avec l'implantation d'"imaginariums" pour la recherche en Grande-Bretagne, aux Etats-Unis et à Singapour. Parallèlement, Orange annonce l'acquisition de la société américaine Wildfire, spécialisée dans la reconnaissance vocale, pour 95 millions de livres (152 millions d'euros). La semaine dernière, Orange a racheté Ananova, la filiale spécialisée dans les nouveaux médias de l'agence britannique Press Association (PA), pour 95 millions de livres également. Ananova a notamment créé la speakerine virtuelle du même nom, qui présente des flashes d'information sur le site de l'entreprise.Orange va par ailleurs prendre une participation de 25% dans la société de recherche et développement NewsTakes, basée dans la Silicon Valley (Californie), pour 4,2 millions de livres. OrangeWorld offrira sept services: voyages, santé, vie domestique, automobile, banque, loisirs et courrier électronique. Parmi ses partenaires figurent des groupes de média (l'agence financière américaine Bloomberg et des compagnies britanniques comme PA, le producteur audiovisuel ITN et le quotidien The Guardian), des banques (NatWest, Abbey National), la société de ventes aux enchères en ligne QXL.com, des voyagistes (Thomas Cook, lastminute.com, travelstore.com) ou des universités comme celle d'Ultser pour la télémédecine. M. Snook a souligné que la fusion d'Orange avec les activités dans le portable de France Télécom étend son marché à plus d'un demi-milliard de personnes et lui ouvre de nouvelles possibilités de coopération, "y compris avec Wanadoo" (filiale internet de France Télécom). La marque Orange pourra ainsi "pénétrer des pays où nous pourrions n'avoir aucun réseau ou activité", a-t-il ajouté.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.