Les ventes mondiales de musique ont reculé de 1,3% en 2000

 |  | 273 mots
Lecture 1 min.
Haro sur Napster et les graveurs de CD ! La Fédération internationale de l'industrie phonographique, basée à Londres, n'a aucun doute sur les causes du recul des ventes mondiales de disque l'an dernier : à ses yeux, c'est bien l'échange illicite de fichiers musicaux sur Internet, grâce à Napster et aux autres sites du genre, qui a privé le secteur d'une part de ses revenus. Après une hausse de 1,5% en 1999, les ventes de musique recensées par l'IFPI ont reculé l'an dernier de 1,3% en valeur, à 36,9 milliards de dollars, et de 1,2% en volumes. Les ventes de CD ont progressé de 2,5%, à 2,5 milliards d'unités. Pour le président de l'IFPI, Jay Berman, "nous avons ressenti les premiers effets de l'impact de la musique gratuite en ligne, ainsi que les dommages causés par la copie non-autorisée sur CD enregistrables".Après cinq années consécutives de croissance, les Etats-Unis, qui représentent 40% du marché mondial, ont subi un recul de 1,5% en valeur et de 4,7% en volumes, qui peut s'expliquer notamment par le ralentissement général de l'économie ; les ventes de singles ont chuté de 46% sur le marché américain, soit plus de trois fois plus vite qu'à l'échelle mondiale. En Europe, en revanche, les ventes ont progressé l'an dernier de 1,4%, la hausse atteignant même 3,8% en Grande-Bretagne. Mais l'Allemagne, la France et l'Italie ont subi les effets du piratage et de la copie illicite, souligne l'IFPI. Au Japon, deuxième marché mondial, les ventes en volumes ont progressé alors que leur valeur diminuait, l'année ayant été marquée par le développement des compilations bon marché. latribune.f

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :