Club Med poursuit sa progression

 |   |  456  mots
Le titre Club Med évolue depuis mardi parmi les valeurs de tête du SRD et gagne mercredi 4,68 %, 65,95 euros. Il efface ainsi les pertes enregistrées depuis la fin de la semaine dernière, pertes imputables à la crainte du marché concernant les résultats annoncés mardi matin.En mars dernier, lors de l'assemblée générale des actionnaires, le Club Méditerranée avait en effet lancé un avertissement sur ses résultats 2002/2001 en déclarant ne plus prévoir une croissance à deux chiffres de ces derniers mais seulement une croissance des revenus et des résultats. En outre, ces dernières semaines, nombre d'analystes de plus en plus sceptiques sur le respect de cet objectif et inquiets des répercussions d'une éventuelle cessation de paiement de la compagnie aérienne AOM Air Liberté, avaient abaissé leurs recommandations, entraînant l'action à 57,50 euros lundi en séance, son plus bas depuis décembre 1997.Toutefois, si les résultats semestriels publiés mardi par le Club Med se sont avérés mauvais, ils ne comportaient en revanche aucune mauvaise surprise. Le groupe de tourisme spécialisé dans les villages de vacances a annoncé un résultat net divisé par six à 6 millions d'euros (contre 38 millions). Le résultat d'exploitation a de son côté chuté de 42% à 34 millions d'euros, au centre de la fourchette des prévisions du marché de 30-40 millions, sous la pression d'une hausse des frais fixes et d'un chiffre d'affaires inférieur au budget "notamment en raison du ralentissement économique en Amérique et en Asie". Les investissements nécessaires au renforcement des capacités d'accueil avec l'ouverture de nouveaux villages (Mare Nostrum Athénia en Grèce notamment) et l'allongement des périodes d'ouverture ont ainsi pesé sur les marges.Le chiffre d'affaires a lui progressé de 9,1% (+6,3% à périmètre et taux de change comparables), à 958 millions d'euros grâce "à la forte croissance des activités en Europe (+9,4%)". L'activité en Amérique a crû de 6,5% et celle en Asie de 2,4%. En guise de perspectives, le groupe s'est borné à indiquer que "le résultat d'exploitation de la zone Europe-Afrique (où plus de 75% des réservations ont été enregistrées) devrait être en croissance sur l'année et cela pour la troisième année consécutive". La zone Europe-Afrique a représenté plus de 80% du résultat d'exploitation en 2000. Le groupe de villages de vacances ne se prononce par contre pas sur les zones Amériques et Asie, où 50% des réservations sont enregistrées. Malgré ce point d'incertitude, le cours de clôture de lundi, à 58,2 euros, aura donc été perçu comme une opportunité d'achat par les investisseurs, au vu des résultats finalement moins catastrophiques que prévu.latribune.fr avec Reute

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :