Le Nasdaq met la main sur l'Easdaq pour 70 millions d'euros

 |  | 429 mots
Lecture 2 min.
Confirmant les rumeurs qui couraient récemment sur les marchés, la Bourse américaine spécialisée dans les valeurs technologiques et de croissance Nasdaq a annoncé mardi matin dans un communiqué qu'elle va prendre le contrôle de son homologue européenne, l'Easdaq, basée à Bruxelles. Cette opération, et l'installation d'une nouvelle plate-forme de transactions, coûteront 70 millions d'euros environ au Nasdaq, a indiqué son PDG Franck Zarb dans une interview à Reuters. Ce marché électronique sera restructuré et prendra le nom de "Nasdaq Europe". L'objectif, précise le Nasdaq, est de "créer un marché pan-européen relié aux autres marchés mondiaux"."Le Nasdaq entend acquérir dans un premier temps environ 58% de l'Easdaq (après dilution)", précise le communiqué. Cet accord sera "soumis à l'approbation des actionnaires de l'Easdaq" dans "les jours à venir". Après "l'exercice des warrants en circulation et l'émission d'actions supplémentaires, la part du Nasdaq s'établira aux alentours de 51%", précise le Nadsdaq.Knight Securities "demeurera un actionnaire stratégique" et huit opérateurs de marché ont déjà "annoncé leur intention de suivre le Nasdaq dans cette transaction", poursuit-il. Le Nasdaq met ainsi en place "la troisième branche de notre plate-forme de transaction mondiale, Nasdaq Europe, Nasdaq Etats-Unis et Nadsdaq Japon", déclare Franck G.Zarb, président du Nasdaq, cité dans le communiqué.Dès sa création en 1996, l'Easdaq s'était fixé comme objectif de devenir l'équivalent européen du Nasdaq. Ce dernier marché était d'ailleurs associé au projet, auquel il fournissait notamment une assistance technique. Basé à Bruxelles, l'Easdaq était conçu comme un marché authentiquement pan-européen, permettant de coter et de traiter de façon uniforme à travers tout le continent les valeurs de croissance des pays européens. Mais le développement de l'Easdaq n'a pas répondu aux espérances. Les marchés nationaux de valeurs de croissance, comme le Nouveau marché en France ou le Neueur Markt en Allemagne, intialement associés au sein du réseau Euro-NM, ont connu en revanche un succès plus grand que prévu, nuisant ainsi aux ambitions de l'Easdaq.Désormais repris en main par le marché américain, qui a connu un fabuleux développement ces dernières années, même si la crise actuelle des valeurs technologiques l'a durement affecté, le futur Nasdaq Europe devrait pouvoir profiter à fond de l'expertise du Nasdaq en matière de technologie et de marketing, tout en offrant aux valeurs technologiques européennes une porte d'entrée sur le marché américain.latribune.f

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :