Vivendi bloqué sur ses actifs aux Etats-Unis

Le plan de désendettement de Vivendi Universal (VU) engagé par son PDG Jean-René Fourtou risque d'être sérieusement compliqué. C'est du moins ce que croit savoir le Wall Street Journal dans son édition de vendredi.Le quotidien fait état d'un accord signé l'an passé par les deux PDG d'alors (Jean-Marie Messier et Barry Diller) au moment du rachat de USA Networks par le groupe français. Un accord qui prévoit des restrictions à certaines cessions.Ainsi, VU ne peut, pendant une durée de 15 ans, vendre aucun des actifs repris à Barry Diller, telles les chaînes du réseau câblé du groupe comme USA ou Sci-Fi. Dans le cas contraire, VU devra verser 2 milliards de dollars à Barry Diller pour couvrir ses impôts.Par ailleurs, VU est aussi bloqué sur l'ensemble de Vivendi Universal Entertainment (VUE), dans lequel sont inclus les actifs de Barry Diller, mais également Universal Studios et Universal Music Group. Il ne peut en effet vendre aucun des actifs de VUE, à moins que la moitié du produit ne reste chez VUE. Ce qui pourrait limiter les projets de désendettement de la maison-mère. VU ne pourra également pas transférer autant de dette qu'il le souhaite sur VUE, puisque l'endettement de celle-ci doit être limité à 800 millions d'euros.Enfin, il se pourrait que la participation personnelle de Barry Diller (de 1,5% dans VUE) pose aussi problème. Car celui-ci dispose d'une option de vente, exerçable à tout moment, obligeant VU à lui racheter ses titres pour au moins 275 millions de dollars.En marge de ces nouvelles, mais toujours sur le front des cessions, Ken Cron, PDG de VU Games a indiqué jeudi soir que cette filiale qu'il dirige n'était pas à vendre. Bien qu'étant un élément du pôle édition (que VU souhaite céder), VU Games fait "partie intégrante de l'avenir" de VU, a-t-il souligné.Enfin, dans son édition de ce matin, Le Figaro revient sur le dossier Telepiù. Comme cela avait déjà été évoqué, la cession du bouquet italien Telepiù à News Corp. (le seul acheteur connu) ne devrait pas rapporter 1,5 milliard mais plutôt 1 milliard d'euros à VU. Qui plus est, le Français ne touchera pas la somme en une seule fois. Les paiements devraient s'étaler jusqu'en 2007, selon le quotidien. En Bourse, après deux séances dans le vert, l'action VU se rétracte de nouveau. En clôture, elle lâche 6,07% à 13 euros.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.