"Il y a très peu de chances que BNP Paribas lance une contre-offre"

 |  | 460 mots
Lecture 2 min.
latribune.fr- Un mariage entre le Crédit Agricole et le Lyonnais est-il la meilleure solution sur le plan industriel ?Pierre Bucaille- Il y aurait de meilleures synergies entre BNP Paribas et le Lyonnais car leurs réseaux sont moins complémentaires. Des économies plus importantes pourraient notamment être réalisées au niveau du back-office. Nous avons évalué les synergies globales à 800 millions d'euros pour le Crédit Agricole, contre un chiffre de 1,2 à 1,4 milliard pour BNP Paribas. latribune.fr- Dans ces conditions, peut-on envisager une riposte de BNP Paribas après l'offre du Crédit Agricole ?Il y a très peu de chances que BNP Paribas lance une contre-offre. Avec ses propres actions, le soutien de quatre membres du GAP et l'accord probable des salariés du Lyonnais (qui détiennent 6% du capital), le Crédit Agricole est déjà assuré d'avoir environ 45% de sa cible. La marge de manoeuvre de Michel Pébereau apparaît donc très étroite. Pour mettre la main sur le Lyonnais, il lui faudrait faire une offre très attrayante. Et une riposte serait d'autant plus mal vue par le marché que, ne disposant pas de cash, BNP Paribas serait contraint de proposer une opération en titres, fortement dilutive.BNP Paribas n'a donc plus qu'à accepter les conditions offertes par le Crédit Agricole...Effectivement, il n'y a guère d'autre issue. BNP Paribas réalisera ainsi une opération blanche. L'écart entre les 56 euros proposés par la Banque verte et le prix de revient de ses titres de 54-55 euros lui permettra de couvrir ses frais.Selon certaines rumeurs, BNP Paribas pourrait maintenant regarder en direction de la Société Générale...Il est normal que la spéculation reprenne autour de la Société Générale, car elle est de plus en plus isolée et reste le seul réseau disponible en France. Mais là encore, je ne vois pas BNP Paribas tenter quelque chose rapidement. Le groupe n'a pas de cash et son cours a trop baissé pour qu'il envisage une opération en titres. Il suffit pour cela de regarder les capitalisations : BNP Paribas vaut 35,7 milliards d'euros en Bourse et la Société Générale 24,1 milliards. En outre, il n'est pas exclu que d'autres obstacles se dressent devant BNP Paribas. Après l'échec du précédent raid, les salariés de la Société Général - dont le poids est important - pourraient s'opposer à un mariage avec BNP Paribas.L'action BNP Paribas a souffert en Bourse depuis la fin novembre, va-t-elle maintenant se reprendre ?L'hypothèse d'une acquisition dilutive s'écartant peu à peu, on peut en effet s'attendre à un rattrapage de l'action BNP Paribas dans les semaines à venir.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :