Coup de tabac sur les marchés

Rien ne va plus sur les marchés. Mauvaises nouvelles en provenance des entreprises, statistiques économiques décevantes et tensions politiques envoient une nouvelle fois les indices au tapis.Après avoir débuté la journée sur une timide hausse, les marchés européens sont rapidement passé dans le rouge. Dans la matinée, l'équipementier de télécommunications JDS Uniphase a ouvert le bal des déceptions en revoyant à la baisse ses estimations de chiffre d'affaires. La suite des événements n'a guère été plus réjouissante avec notamment le distributeur américain Wal Mart qui a averti que ses ventes de septembre se situeraient dans le bas de la fourchette de prévision. Et c'est la publication de l'indice précurseur du Conference Board qui est venue porter le coup de grâce. Ressorti en baisse de 0,2% au lieu de -0,1% attendu, il a rapidement entraîné les indices à la baisse, alors que les marchés semblaient déjà très fébriles avant les nombreux autres rendez-vous économiques de la semaine.A cela s'ajoutent les tensions persistantes entre Washington et Bagdad (qui continuent de faire monter le prix du pétrole). Bref, "l'ambiance est à la très grande nervosité", rappelait au cours de la journée un gérant américain cité par Reuters en ajoutant: "le niveau d'incertitude est très élevé et, à cause de cela, personne n'est désireux d'acheter. La nervosité concerne la situation politique, la situation internationale et aussi les perspectives de résultats." Preuve de la très grande méfiance des investisseurs, le Nasdaq, qui cède 2,59% à 1.189,47 points en fin d'après-midi (heure de Paris), a touché un nouveau plus bas depuis plus de cinq ans à 1.186,76 points. Le Dow Jones lâche quant à lui 2,05%.Le Vieux continent n'est pas en reste. Paris aligne sa huitième séance de baisse d'affilée. A 2.794,31 points en clôture (-3,34%), l'indice parisien est revenu à ses niveaux de novembre 1997. Mais Paris n'est pas la place la plus touchée. A Amsterdam, l'AEX 25 plonge de 4,32%, tandis que le MIB italien recule de 4,46% au même moment. Enfin, au lendemain des élections fédérales qui ont vu la victoire très difficile du parti de Gerhard Schröder, le Dax abandonne 4,79% à 2.918,92 points, revenant aux niveaux qu'il affichait il y a plus de cinq ans et demi.Comme à l'accoutumée, les valeurs technologiques et de télécommunications paient un lourd tribut (-4,9% et -4,3% pour leurs indices Stoxx respectifs). Mais krach rampant oblige, les valeurs bancaires et de l'assurance chutent elles aussi. Les premières plongent de 4,7% tandis que les secondes dévissent de 6,7%.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.