Paris recule de 1,5% à mi-séance, FT abandonne 5%

 |  | 1051 mots
Lecture 5 min.
Même si elles ne reculent pas dans les mêmes proportions, les grandes places européennes s'inscrivent en baisse, et la Bourse de Paris ne fait pas exception. La rechute de Wall Street hier et la faiblesse de Tokyo ce matin pèsent en effet sur l'ensemble des secteurs, les valeurs technologiques étant particulièrement affectées par l'avertissement d'Advanced Micro Devices sur ses résultats du troisième trimestre. Les financières pâtissent pour leur part de l'érosion du portefeuille boursier de Fortis. Les investisseurs sont d'autant plus prudents qu'ils attendent trois statistiques en provenance des Etats-Unis cet après-midi : les inscriptions hebdomadaires au chômage, les commandes à l'industrie d'août et l'indice ISM d'activité dans les services de septembre.A midi cinq, le CAC 40 cédait 1,49% à 2.896,96 points, dans un volume d'affaires limité à 930 millions d'euros. Au même moment, le Dax reculait de 2,12% à Francfort, tandis qu'à Londres, le Footsie ne cédait que 0,44%. Le marché britannique bénéficie en effet de la hausse de l'indice CIPS-Reuters des services, à 55,5 en septembre, contre 55,1 en août. Sur le marché des changes, l'euro regagne un peu de terrain face au billet vert à 98,75 cents pour un dollar, contre 98,65 hier soir à New York.Moteur de la hausse hier, les valeurs technologiques rechutent après la correction de 2,18% du Nasdaq et l'avertissement d'AMD sur ses résultats du troisième trimestre. Le fabricant de semi-conducteurs a revu à la baisse son objectif de chiffre d'affaires et table sur une forte perte opérationnelle. Son concurrent STMicroelectronics recule de 4,26% à 13,49 euros. Cap Gemini perd 1,7% à 15,06 euros alors que Banc America a abaissé sa recommandation sur le titre de "performance en ligne" à "sous-performance". L'intermédiaire a également dégradé Atos d' "achat" à "performance en ligne". Atos cède 3,18% à 25,60 euros. L'éditeur de jeux vidéo Infogrames corrige de 6,48% à 2,02 euros après son récent rebond. Alcatel perd de son côté 4,83% à 2,56 euros.France Télécom abandonne 5,1% à 8 euros. Fideuram Wargny a abaissé sa recommandation sur le titre de "conserver" à "alléger". Thierry Breton a annoncé que son rôle ne se limitait pas "à la réduction indispensable de la dette" de l'opérateur, et a demandé aux salariés de se mobiliser pour dépasser les objectifs au quatrième trimestre. Le Figaro économie croit savoir que le plan d'économies de Thierry Breton pourrait conduire à une réduction d'effectifs de 10.000 à 11.000 personnes.Vivendi Universal cède 1% à 12,82 euros. Sa filiale jeux Vivendi Universal Games devrait faire son entrée sur le Nasdaq au premier semestre 2003, selon Les Echos qui citent une source proche du dossier. Le quotidien précise que VU devrait conserver entre 51 et 60% du capital de sa filiale et espère lever 800 millions de dollars sur une valorisation de la société comprise entre 1,5 et 2,5 milliards de dollars.Les valeurs financières reculent alors que le géant belgo-néerlandais Fortis a annoncé que la valeur de son portefeuille boursier se situait, au troisième trimestre, 2,1 milliards d'euros en-dessous de son prix d'acquisition. Parmi les assureurs, Axa baisse de 4,02% à 10,75 euros et AGF perd 3,95% à 24,82 euros. Les banques reculent également sur fond de craintes d'augmentation des créances douteuses dans un environnement économique qui se dégrade. C'est d'ailleurs en invoquant ce prétexte que Morgan Stanley a dégradé la Deutsche Bank de "surperformance" à "performance en ligne". BNP Paribas cède 2,87% à 33,51 euros. La banque a annoncé avoir mis fin à l'accord de coopération signé avec Dresdner en 1996. La Société Générale recule pour sa part de 1,91% à 45,30 euros.Michelin abandonne 4,42% à 28,79 euros. Le fabricant de pneumatiques a annoncé ce matin le lancement d'une offre publique d'échange (OPE) sur les actions au porteur de la société suisse Compagnie Financière Michelin (CFM), dont elle possède déjà 93,45% du capital. La parité retenue, 13 actions Michelin contre une action CFM, fait ressortir une prime de 23,1% par rapport à la moyenne des cours de Bourse de CFM au mois de septembre, et de 36,9% par rapport à la moyenne des cours de Bourse sur les six derniers mois.Pinault-Printemps lâche 1,30% à 60,90 euros en dépit des propos favorables de son président. Serge Weinberg a en effet déclaré à Reuters qu'il se sentait en ligne avec le consensus concernant les prévisions de résultats 2002. Il a toutefois ajouté que l'on était "plus que jamais, dans un univers incertain".Contre la tendance, Accor progresse de 2,31% à 29,22 euros à la faveur d'un rebond technique après une chute de 8,87% sur les trois dernières séances.Aventis s'octroie 0,77% à 58,60 euros. Deutsche Bank a ajouté le titre à sa liste européenne de valeurs recommandées.Pernod Ricard résiste avec un gain de 0,15% à 99,10 euros au lendemain de l'annonce de résultats semestriels supérieurs aux attentes. Plusieurs intermédiaires ont relevé leur opinion sur le groupe de spiritueux. Merrill Lynch passe ainsi de "vendre" à "neutre", ABN Amro de "alléger" à "achat", tandis que SSSB a relevé son objectif de cours de 82 à 110 euros.Géophysique s'apprécie de 1,16% à 17,40 euros. Le groupe parapétrolier vient de se voir confier par la compagnie pétrolière brésilienne Petrobras la réalisation d'une étude sismique 3D au large des côtes brésilienne. Les termes financiers de cette étude n'ont pas été dévoilés.Neopost avance de 6,31% à 34,02 euros. Le groupe a fait état d'une progression de 85,8%, à 31 millions d'euros, de son bénéfice net au premier semestre. Le résultat d'exploitation ressort en hausse de 68,4% à 62 millions d'euros et le chiffre d'affaires s'apprécie de 27,1% à 364 millions. Le spécialiste du traitement du courrier indique que, sur la base des taux de change actuels, son chiffre d'affaires devrait atteindre environ 775 millions d'euros en 2002, contre 575 millions l'an dernier. Pour 2003, la société table sur un surplus de chiffre d'affaires compris entre 50 et 70 millions d'euros, lié aux acquisitions réalisées.Sidel progresse de 5,17% à 30,50 euros sur l'annonce d'un bénéfice net de 12,8 millions au premier semestre, contre une perte de 21,3 millions un an plus tôt. Le chiffre d'affaires progresse de 5,96% à 513,3 millions d'euros. Pour l'ensemble de 2002, le spécialiste des machines d'embouteillage estime que "les ventes devraient continuer de progresser par rapport à l'année 2001". L'activité du second semestre devrait néanmoins être inférieure à celle du premier.Enfin, Autoroutes du Sud de la France (ASF), qui doit publier ses semestriels après la clôture, cède 1,33% à 25,20 euros.John WiburgCopyright Invest

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :