Le marché efface son rebond initial, les TMT attaquées

En hausse de 0,1% à l'ouverture, la Bourse de Paris a rapidement montré des signes d'essoufflement. Après huit séances de baisse consécutives ayant conduit le CAC à son plus bas depuis novembre 1997, l'indice phare de la Bourse de Paris reste sous pression sur fond d'indicateurs et de résultats décevants de la part de l'économie et des entreprises américaines. Les valeurs technologiques sont à nouveau attaquées à l'image d'Alcatel, de France Télécom et de Cap Gemini. Vivendi Environnement résiste grâce à des résultats semestriels légèrement supérieurs aux attentes. De son côté, TotalFinaElf inscrit une des rares hausses du CAC après l'envolée des cours du brut, elle même conséquence des craintes d'un conflit en Irak. Le marché semble indifférent à la hausse de la consommation des ménages français durant l'été. L'Insee a en effet annoncé une hausse de la consommation de 1,3% en juillet, suivie d'un tassement de 0,1% en août. La hausse de juin a en outre été révisée de 1 à +1,1%. Mais ce chiffre est contrebalancé par le recul de 2,6% des permis de construire sur les trois mois à fin août (-2% sur un an).A 9h55, le CAC 40 cédait de 0,16% à 2.789,86points.Les investisseurs attendent, à 16 heures,  l'indice de confiance des consommateurs aux Etats-Unis en septembre. Les économistes tablent sur un recul de cet indicateur à 92,3, contre 93,5 en août. Dans la soirée, le conseil de politique monétaire de la Réserve fédérale américaine fera une annonce sur les taux, mais aucune détente n'est attendue sur le loyer de l'argent qui devrait demeurer à 1,75%.Les plus fortes baisses du CAC 40 sont le fait des grandes TMT. France Télécom abandonne 6,02% à 7,18 euros et Alcatel recule de 5,22% à 2,18 euros. Standard & Poor's a menacé d'abaisser d'un cran ou plus la notation à long terme de l'équipementier, après son nouveau plan de restructuration annoncé vendredi. L'agence de notation indique qu'elle pourrait réduire les notes actuelles de "BB-plus" de la dette senior non garantie et la dette bancaire à long terme. "BB-Plus" est la note la plus élevée dans les  "junk bonds" (obligations pourries). A l'inverse, la note du crédit à court terme est confirmée à "B". Cap Gemini perd encore 3,73% à 18,57 euros, toujours affecté par le "profit warning" de l'américain EDS.Vivendi Environnement fait mieux que résister en ne cédant que 0,37% à 18,95 euros. Le groupe a annoncé un recul de 22,5%, à 213 millions d'euros, de son bénéfice net au premier semestre. Le résultat net récurrent progresse de 38,5% à 216 millions. Le chiffre d'affaires s'inscrit en hausse de 7,2% à 17,97 milliards d'euros. VE table sur une croissance "soutenue" de son chiffre d'affaires cette année et prévoit une baisse de son endettement à la faveur d'un programme de cessions d'actifs.Sa maison-mère Vivendi Universal cède 4,23% à 11,54 euros à la veille de son conseil d'administration. VU a finalisé les conditions de vente de sa filiale de télévision italienne Telepiù à News Corp, rapporte l'agence Reuters en citant une source proche du dossier. Cette personne ajoute qu'il ne reste plus qu'à présenter cet accord au conseil d'administration, qui doit avoir lieu mercredi. Les valeurs bancaires font également preuve de faiblesse, les investisseurs se montrant prudents après la chute de 17% du bénéfice trimestriel de JP Morgan et dans l'attente de la publication, en fin de journée, des résultats de Goldman Sachs et Lehman Brothers. BNP Paribas lâche 2,95% à 34,60 euros, le Crédit Lyonnais 2,55% à 34,73 euros et la Société Générale 5,34% à 42,56 euros.La chute des marchés financiers repose la question des ratios de solvabilité des assureurs. Axa baisse de 2,73% à 9,25 euros et AGF de 1,54% à 27,49 euros.En dehors du CAC, Alstom chute de 5,9% à 4,15 euros en dépit des efforts du groupe pour rassurer le marché en ce qui concerne son programme de cessions d'actifs.Gemplus chute de 9,30% à 39 centimes. Le conseil d'administration du fabricant de cartes à puce a proposé, hier lors d'une réunion extraordinaire, le remplacement de Marc Lassus et de Ziad Takieddine. Une assemblée générale est convoquée pour le 22 octobre afin de se prononcer sur ces remplacements.Scor abandonne 5,62% à 9,90 euros. Standard & Poor's a annoncé maintenir sous surveillance, avec implication négative, la notation à long terme du réassureur, ainsi que sa note de contrepartie et de solidité financière, qui est actuellement de "A+". Cette décision intervient après l'annonce par Scor d'un accord de négociation exclusive pour l'acquisition de l'allemand Gerling, et ce en dépit de l'interruption des négociations, vendredi dernier, entre les deux groupesEnfin, l'éditeur de jeux vidéo Infogrames est réservé à la baisse après un dernier cours coté de 1,23 euro (-15,17%). Le marché continue de sanctionner le groupe en raison de son endettement important.John WiburgCopyright Invest

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.