Alstom a encore du chemin à parcourir

 |  | 473 mots
Lecture 2 min.
Après les 617 millions d'euros issus de son augmentation de capital de juillet et la cession de ses activités en Afrique du Sud pour 50 millions d'euros, Alstom vient de faire un nouveau pas dans la réalisation de son plan "Restore Value". Il a en effet annoncé la cession, pour 175 millions d'euros, d'actifs immobiliers au Royaume-Uni. "Le portefeuille cédé compte 19 sites, représentant un total d'environ 800.000 m² de bâtiments", précise le groupe, qui ajoute que "cette transaction est la première cession immobilière majeure réalisée par Alstom dans le cadre de son plan Restore Value". Ce qui, même si le groupe souligne que "les cessions immobilières dans les autres pays progressent de façon satisfaisante", peut rappeler qu'Alstom a encore du chemin à parcourir.Car, en plus des objectifs de rentabilité, son programme prévoit quelque 2,1 milliards d'euros d'encaissements à la fin de l'exercice en cours, soit au 31 mars 2003. Outre les 667 millions déjà reçus de l'augmentation de capital et les 50 millions issus des activités sud-africaines, Alstom avait indiqué, lors de ses résultats semestriels en novembre (voir ci-contre), qu'il recevrait 400 millions d'euros pour des ventes immobilières et 1 milliard issus de la vente d'activités non-stratégiques. Si l'on déduit les 175 millions d'euros d'aujourd'hui, il lui reste donc encore à obtenir 1,225 milliard d'euros (dont 225 millions en immobilier).Les investisseurs en semblent conscients, puisque la nouvelle n'a pas eu d'impact sur l'action. Elle recule de 1,59%, à 6,20 euros, en fin de journée. Il faut dire que depuis plusieurs mois le marché reste prudent vis-à-vis du groupe (le titre perd 50% sur l'année), certains ayant été échaudés par les errements de la communication passée, d'autres manifestant quelques craintes sur sa structure financière.En tout cas, il paraît évident que le marché attendra de voir les premiers résultats du plan Restore Value avant de revenir massivement sur le titre. Ce que rappelait récemment un analyste interrogé par La Tribune : "si le groupe respecte à la lettre son plan de cessions, pour un total de 1,4 milliard d'euros d'ici à mars 2003 (...), mon objectif dans ce cas se situe à 12 euros. En revanche, si le calendrier n'est pas respecté, alors il faut vendre Alstom, car les investisseurs perdront le peu de confiance qu'ils placent dans le groupe", indiquait-il.Certains ont néanmoins déjà fait leur choix et estiment que la situation financière du groupe est beaucoup trop risquée (voir ci-contre). Ainsi, dans sa dernière étude, la Deutsche Bank estime la dette à 8 milliards d'euros (alors que le groupe l'évalue à moins de 2 milliards à fin septembre 2002) et en déduit que les fonds propres sont négatifs. Bref, pour la banque allemande, l'action ne vaut que 0,10 euro. Une opinion qui n'a pas manqué de faire réagir la Bourse en début de semaine.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :