Clarins porté par le projet de cessation d'activité de Mugler Couture

 |  | 399 mots
Lecture 2 min.
Belle journée pour le secteur des cosmétiques. Tandis que L'Oréal monte en Bourse sur les déclarations de son PDG, qui estime que le trimestre en cours sera le meilleur de l'année (lire ci-contre), Clarins termine quant à lui en tête du SRD, avec une hausse de 21,28%, à 47,30 euros."C'est le projet de cessation de l'activité couture de Thierry Mugler qui fait monter le titre. C'était un important foyer de pertes", explique un analyste d'une grande banque française cité par Reuters. Clarins a en effet confirmé ce mercredi qu'un projet de cessation de la branche Mugler Couture sera présenté le 6 janvier prochain.Un porte-parole du groupe a précisé que cette décision avait été prise en raison "des pertes récurrentes importantes" constatées depuis la reprise de ce pôle en 1997. La situation, qui n'était déjà pas bonne en 2001, s'est en particulier nettement détériorée au cours des neuf premiers mois de l'année, avec des ventes en repli de 19,6%, tandis que le pôle cosmétiques de Clarins a progressé de 5,4%. "Le management de Clarins nous a confirmé nos estimations sur la couture Mugler, à savoir entre 10 et 15 millions d'euros de pertes en 2002", écrit de son côté Aurel-Leven.Une fermeture du site Mugler Couture, basé à Angers, devrait donc avoir un impact sensible sur les résultats de l'ensemble du groupe. Certes, Clarins devra dans un premier temps prendre en charge le coût de la cessation d'activité, qu'Aurel-Leven estime à 30 millions d'euros. Mais par la suite, les analystes prévoient un fort effet relutif.Ils se heurtent toutefois à deux incertitudes. D'abord, la décision de fermer ou non Mugler Couture ne sera prise qu'après consultation des représentants du personnel, le 6 janvier prochain. Ensuite, la direction n'a pas encore indiqué de quelle façon elle comptait comptabiliser les coûts de cessation.De fait, cette charge pourra être inscrite dans les comptes de l'exercice 2002 ou dans ceux de 2003. Dans le premier cas, et en prenant une estimation de perte pour Mugler Couture au milieu de la fourchette 10-15 millions d'euros, Aurel-Leven prévoit une forte pression sur les résultat 2002 et un effet positif de 14% sur les résultats dès 2003. Dans le second scénario, 2002 sera en ligne, 2003 moins bon que prévu et il faudra attendre 2004 pour bénéficier d'un effet relutif de 7%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :