Marc Lassus vend ses 10% de Gemplus à Sagem

 |  | 488 mots
Lecture 2 min.
Malgré les problèmes de rentabilité qu'il rencontre actuellement, Gemplus suscite tout de même de l'intérêt. Notamment celui de Sagem. Celui-ci vient en effet d'annoncer qu'il avait racheté les 10% de Gemplus jusqu'ici détenus par Marc Lassus, fondateur du leader mondial de la carte à puce. Le prix d'acquisition est proche du cours de bourse actuel et Marc Lassus pourra obtenir un complément (de 0 à 15% de l'appréciation des titres actuellement détenus par Sagem) si le cours de Gemplus dépasse les 2 euros avant la fin 2004.Sagem devient donc un actionnaire de référence aux côtés de TPG (26%) et de la famille Quandt (18,6%). C'est que pour lui, il y a un véritable enjeu industriel. Il va ainsi pouvoir conforter les partenariats existants entre les deux groupes. Un regain d'intérêt sur le groupe de Gémenos qui ne laisse pas la Bourse insensible. A la clôture, l'action bondit de 20%, à 1,32 euro. Cette prise de participation fait en effet ressurgir les vieux rêves de rapprochement entre les deux groupes nourris par le marché. Et ce même si aucun discours officiel ne va dans ce sens: Sagem a notamment dit dans la matinée ne pas vouloir prendre le contrôle de Gemplus. Il faut dire que le marché a d'autres raisons de miser, plus largement, sur de prochaines modifications de l'actionnariat. Car un article du Monde daté de jeudi affirme que le financier belge Albert Frère aurait acquis sur le marché entre 1 et 2% de Gemplus.Au-delà de ses implications industrielle et actionnariale, l'opération réalisée par Sagem marque aussi une étape supplémentaire dans le divorce entre Marc Lassus et le groupe qu'il a créé en 1988. Désormais, son siège d'administrateur est le seul lien unissant encore le fondateur à Gemplus. Et cela ne devrait pas durer car TPG, qui est en conflit ouvert avec Marc Lassus depuis plusieurs mois, cherche à obtenir sa révocation. Le fonds américain lui reproche sa gestion passée et lui réclame le remboursement d'un emprunt consenti par l'entrepris. De son côté, Marc Lassus explique que TPG use de "prétextes" pour "prendre le contrôle" de la société. Jusqu'ici Marc Lassus et Ziad Takieddine, un autre administrateur également mis en cause, ont réussi à échapper au couperet, en obtenant par deux fois le report d'assemblées générales extraordinaires. Mais la sanction pourrait tomber le 19 décembre.La fin d'année promet donc d'être agitée chez Gemplus. D'autant qu'à ces luttes d'actionnaires s'ajoute une forte contestation sociale. Le groupe a en effet connu sa première grève générale en fin de semaine passée. Et les salariés ont promis une reprise du mouvement le 9 décembre. Ils craignent l'annonce d'un nouveau plan social à l'occasion de la présentation du plan stratégique d'Alex Mandl, le directeur général.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :