TMT et financières tirent le CAC vers le bas

 |  | 1027 mots
Lecture 5 min.
L'ensemble des marchés européens s'inscrit en baisse à mi-séance, dans un climat empoisonné par l'absence de visibilité sur le plan économique. Les valeurs financières font d'ailleurs les frais des craintes d'une stagnation de la croissance qui pourrait se traduire par une augmentation du nombre des créances à risques. Citant une étude de la société de conseil Wyman & Co, le Financial Times écrit que les provisions des banques pourraient atteindre 130 milliards de dollars cette année. En Europe, le PIB de l'Allemagne n'a progressé que de 0,1% au troisième trimestre, selon l'indice de l'institut NTC Research, tandis qu'en Grande-Bretagne, la production industrielle a diminué de 0,3% en août, faisant ressortir un recul de 3,5% sur un an. Les marchés attendent en outre la réunion des gouverneurs de la Banque centrale européenne, jeudi, et les ventes au détail américaines de septembre, vendredi. Même s'ils tablent sur un statu quo de la BCE en matière de taux, les investisseurs seront attentifs aux commentaires de la Banque centrale et notamment en ce qui concerne les perspectives de croissance. De leur côté, les ventes au détail américaines sont attendues en baisse de 1,1% après une hausse de 0,8% en août. ,Enfin, les craintes d'aggravation des tensions dans le Golfe sont également perceptibles. Outre l'explosion du pétrolier Limburg au large du Yemen, les investisseurs sont anxieux avant le discours que le président des Etats-Unis doit prononcer ce soir. George Bush doit faire le point sur les résolutions envisagées face à l'Irak et, selon les observateurs, il devrait se montrer favorable à une intervention militaire.A midi cinq, le CAC 40 perdait 1,45% à 2.725,73 points, dans un volume étriqué d'environ 840 millions d'euros traités sur les valeurs de l'indice. A Londres, le Footsie reculait de 1,22% et à Francfort, le Dax cédait 2%.Les valeurs technologiques continuent de faire preuve de faiblesse après une série d'avertissements sur résultats de la part d'entreprises américaines dont EDS, AMD et EMC. Cap Gemini recule de 5,94% à 13,15 euros. UBS Warburg a abaissé son objectif de cours sur le titre de 23 à 17 euros tout en relevant sa recommandation d' "alléger" à "conserver". Son concurrent Altran Technologies chute de 12,15% à 4,41 euros alors que Fortis a dégradé la valeur d' "accumuler" à "alléger" et abaissé son objectif de cours de 14 à 7 euros. Alcatel perd 2,86% à 2,38 euros alors que Standard & Poor's a dégradé la dette du groupe vendredi. STMicroelectronics cède 4,13% à 12,29 euros à la suite de la chute de 2,9% de l'indice des semi-conducteurs de la Bourse de Philadelphie (SOX).Vivendi Universal abandonne 5,86% à 11,41 euros. Le groupe de médias a prévenu les candidats au rachat de son pôle édition qu'il ne tiendrait pas compte des offres inférieures à sa propre évaluation de 3,5-4 milliards d'euros, croit savoir le Financial Times. Selon le quotidien, les trois prétendants (Eurazeo, BNP Paribas et Lagardère) valorisent VUP moins de trois milliards.France Télécom baisse de 1,15% à 8,61 euros. Le président du Crédit Lyonnais, Jean Peyrelevade, estime que la solution à l'endettement de l'opérateur  passe par le cantonnement d'une partie de sa dette dans une structure de défaisance. Orange lâche pour sa part 4,39% à 5,01 euros.Les financières restent affectées par les rumeurs de "profit warning" de Deutsche Bank, d'augmentation de capital de Crédit Suisse, et de suppressions d'emplois de la part de Merrill Lynch et JP Morgan. Axa perd 0,8% à 9,94 euros, même si son président, Henri de Castries, a réaffirmé dans La Tribune que le groupe n'avait pas besoin d'augmenter son capital. BNP Paribas cède 1,17% à 28,66 et la Société Générale 3,91% à 39,60 euros. Le Crédit Lyonnais abandonne 4,89% à 29,79 euros. Selon La Tribune, l'Etat pourrait céder sa participation dans la banque en l'absence d'accord avec son actionnaire principal, le Crédit Agricole. Le titre de la banque verte baisse de 1,87% à 15,20 euros.TotalFinaElf gagne 0,74% à 136,10 euros dans le sillage de la flambée des cours du brut consécutive à l'explosion du pétrolier Limburg au large du Yemen. Par ailleurs, l'Etat a abandonné l'action spécifique (golden share) qu'il détenait dans le groupe, et qui lui donnait, depuis 1993, un doit de regard sur l'évolution du capital du groupe pétrolier. La Cour européenne de justice avait condamné l'Etat français en juin dernier en estimant que l'une des justifications à cette "golden share", à savoir le contrôle des intérêts d'Elf en Afrique, n'était pas justifié. En juillet, Francis Mer avait annoncé la prochaine suppression de cette action spécifique.Sodexho reprend 2,1% à 18,92 euros après un recul de 9,34% en sept séances.Rhodia recule de 3,09% à 5,95 euros. Le chimiste a annoncé ce matin que la cession de Rhodia-Ster aura un impact négatif de 70 millions d'euros sur son résultat net en 2002, mais qu'il réduira son endettement de 190 millions. Le PDG du groupe, Jean-Pierre Tirouflet, a par ailleurs déclaré aux Echos que les trois quarts du programme de cessions d'actifs prévu pour cette année a déjà été réalisé. Le groupe chimique s'était engagé en début d'année de réaliser 500 millions d'euros de cessions en 2002. Sans écarter d'autres cessions, M. Tirouflet ajoute qu'il "serait illusoire et dangereux de dépecer Rhodia".Pechiney baisse de 1,48% à 25,89 euros. Le groupe est sur le point de conclure avec le britannique Corus un accord pour le rachat des actifs du groupe sidérurgique dans l'aluminium pour un montant de 600 millions de livres, rapporte The Observer.EADS cède 2,29% à 9,37 euros. La compagnie aérienne taiwanaise China Airlines a décidé d'acquérir douze Airbus A330-300 et dix Boeing 747-400, représentant une commande globale d'environ 4 milliards de dollars US, selon la presse taiwanaise de ce week-end. Par ailleurs, l'américain IBM devrait annoncer ce lundi le rachat d'EADS Matra Datavision, spécialisée dans la conception et la fabrication assistées par ordinateur, rapporte Reuters en citant des sources industrielles.GrandVision recule de 2,22% à 17,60 euros. Le groupe doit publier son chiffre d'affaires du troisième trimestre après la clôture.Enfin, Brioche Pasquier abandonne 7,1% à 45 euros avant l'annonce, ce soir, de ses résultats du premier semestre.John WiburgCopyright Invest

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :