Rally de fin de séance, le CAC gagne finalement 0,88%

 |  | 512 mots
Lecture 2 min.
En forte baisse lors de l'annonce de l'augmentation du chômage outre-Atlantique, l'indice parisien s'est repris après dans le sillage du retournement des marchés américains. A la clôture, l'indice gagne 0,88% à 3.185,77 points dans un volume d'échanges de plus de 3,8 milliards d'euros. Sur les autres places, le Footsie londonien recule de 0,47% et le DAX perd 0,99% à Francfort.Sur le marché des changes, l'euro se renforce face au dollar depuis l'annonce de la hausse du chômage américain en novembre, à 6% de la population active, contre 5,7% en octobre. Un euro vaut actuellement 1,008 dollar, contre 1,0009 à New York hier soir.Le secteur bancaire a une nouvelle fois été très entouré. Et le grand gagnant c'est encore le Crédit Lyonnais qui avance de 3,36% à 53,90 euros. La banque a annoncé que le Crédit Agricole était monté dans son capital à hauteur de 12,17%, contre 10,5% auparavant. Des traders indiquent qu'un bloc représentant environ 3,4% du capital du Lyonnais a été traité avant l'ouverture à 56 euros par titre. Et cet après-midi un autre bloc représentant 0,6% du capital a changé de main.Le Crédit Agricole recule de 4,01% à 15,54 euros, c'est la plus forte baisse du CAC. BNP Paribas abandonne 1,44% à 36,85 euros. Le président du Crédit Lyonnais a indiqué que la banque de Michel Pébereau lui avait fait part de son intention de prendre une "participation très significative" dans son capital. La banque au lion veut donc savoir si son premier actionnaire envisage d'aller au-delà du seuil de 20% avant de répondre à son invitation concernant des "coopérations industrielles majeures". BNP Paribas est en effet soupçonné d'avoir approché d'autres actionnaires du Lyonnais en vue de racheter leurs parts, rapporte Les Echos.L'anticipation d'une restructuration du secteur bancaire soutient Dexia, qui avance de 9,23% à 12,07 euros. La banque a annoncé une baisse de 37,3%, à 175 millions d'euros, de son bénéfice net au troisième trimestre. Mais les analystes jugent par ailleurs adéquates les provisions passées sur sa filiale néerlandaise.France Télécom poursuit son rebond et gagne 10,58% à 20,90 euros. Le titre bénéficie de plusieurs relèvements de recommandations, dont ceux de DKW, qui passe de "conserver" à "achat" et de JP Morgan, dont l'opinion est désormais à "neutre" contre "sous-pondérer". De son côté, BNP Paribas reste à l'achat sur le titre et relève son objectif de cours de 14,50 à 23 euros. Le plan de réduction des coûts de l'opérateur avait déjà suscité hier des commentaires favorables aux agences de notation S&P et Fitch. Orange avance pour sa part de 4,39% à 7,61 euros alors que Goldman Sachs est passé de "sous-performance" à "neutre" sur le titre.Enfin, Wavecom est toujours réservé à la baisse. Le groupe anticipe pour son quatrième trimestre une forte baisse de son chiffre d'affaires. Le fabricant de composants pour téléphones mobiles table sur 132 à 140 millions d'euros, montant à comparer aux 171 millions dégagés au trimestre précédent, en raison notamment de l'annulation de commandes du chinois TCL Mobile (son plus important client), et de l'interruption des livraisons au sud-coréen Sewon.Johan DeschampsCopyright Invest

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :