L'industrie américaine renoue avec la croissance

 |  | 470 mots
Lecture 2 min.
C'est une semaine faste que traverse l'économie américaine. Chaque jour apporte sa statistique encourageante, démontrant que les Etats-Unis sont désormais engagés sur la voie de la reprise. Cet après-midi, le chiffre le plus attendu était l'indice ISM (ex NAPM) des directeurs d'achat du secteur manufacturier. Il ressort en nette hausse, franchissant pour la première fois depuis 18 mois la barre des 50, pour s'établir à 54,7 après 49,9 en janvier. Ce seuil des 50 marque la frontière entre une acivité en contraction et une activité en croissance. Même si le secteur manufacturier américain ne représente plus environ que 17% du produit intérieur brut américain, le voir renouer avec l'expansion est bien accueilli par les marchés financiers. Ainsi à Wall Street, le Dow Jones accélère ses gains et progresse de plus d'un pour cent un quart d'heure après la publication de ce chiffre. A l'inverse, l'euro se déprécie face au billet vert. la monnaie européenne pâtit des perspectives d'amélioration aux Etats-Unis, alors que la conjoncture européenne reste encore incertaine. A 16 heures 15, un euro s'échangeait contre 0,8665 dollar. Cet indice, qui ressort supérieur aux attentes, vient conforter les anticipations optimistes d'un certain nombre d'économistes qui se fondaient sur de récentes statistiques pour parier sur le rebond de l'économie américaine. Hier, la publication d'un produit intérieur brut américain en hausse de 1,4% (lire ci-contre) au quatrième trimestre avait été interprété positivement. Un peu plus tôt cet après-midi, de nouveaux chiffres avaient prouvé que la consommation des ménages américains se maintenait à des niveaux très honorables. En effet, selon le département américain du Commerce, les dépenses des Américains ont augmenté de 0,4% en janvier à 7.200 milliards de dollars. Ces dépenses qui avaient d'abord été annoncées en repli de 0,2% en décembre, ressortent finalement inchangées après révision. La bonne, voire surprenante résistance de la consommation aux Etats-Unis, ne semble guère menacée par une chute brutale des revenus et ce malgré la détérioration du marché de l'emploi. En effet, le département américain du Commerce indique qu'en janvier, le revenu des ménages américains a augmenté de 0,4%, après avoir progressé de 0,3% en décembre. L'analyse des composantes de l'indice ISM des directeurs d'achat laisse supposer que la longue phase de déstockage que vivent actuellement les Etats-Unis touche à sa fin. La production et ensuite les investissements, talons d'Achille de la croissance américaine actuelle, pourraient enfin être relancés. A ce titre, il est intéressant de noter que le sous-indice des nouvelles commandes a fait un bond de 7,5 point à 62,8 en fevrier. Celui mesurant la production a grimpé de 9,2 points à 61,2.latribune.f

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :