Les services dans la zone euro confirment leur redressement

 |  | 414 mots
Lecture 2 min.
Après avoir tourné le dos en janvier à la récession, le secteur des services dans la zone euro poursuit son expansion. L'indice d'activité dans ce secteur établi par Reuters s'est établi en février à 51,5, à son plus haut niveau depuis août 2001. Le ralentissement économique, aggravé par les conséquences des attentats de septembre aux Etats-Unis, avait plongé ce secteur dans une certaine morosité mais il semble qu'aujourd'hui les chefs d'entreprises soient convaincus de la solidité de la reprise de l'activité dans la zone euro. Ce regain de moral est illustré par le rebond de deux sous-indices composant cet indicateur. Tout d'abord, celui des nouvelles affaires qui est en hausse pour la première fois depuis le mois de juillet dernier à 50,6 et ensuite celui de l'emploi. Pour la première fois depuis septembre, les entreprises du secteur des services font état d'une augmentation des embauches.Dans ce tableau, l'Allemagne, première économie de la zone euro, reste encore à la traîne. Dans ce pays, même s'il se redresse, l'indice d'activité dans les services demeure en deçà du seuil des 50 qui marque la frontière entre contraction et expansion de l'activité. A l'inverse, en France et à un degré moindre en Italie, respectivement deuxième et troisième économies des Douze, le moral des entrepreneurs de ce secteur est remonté en flèche. Dans l'Hexagone notamment, cette hausse s'explique par "le volume croissant des nouvelles affaires enregistrées par les prestataires de services". Le redressement de l'activité et des nouvelles affaires ainsi que les perspectives d'amélioration de l'activité économique au moins à moyen terme, encouragent les entreprises interrogées à procéder, pour le deuxième mois consécutif, à de nouvelles embauches.La nouvelle vitalité du secteur des services est parfaitement illustrée par les compagnies aériennes. Ces dernières, durement touchées par les attentats, semblent avoir définitivement tourné la page. Exemple avec la Lufthansa qui va bientôt remettre en service une partie des 43 avions cloués au sol en raison de l'effondrement de la demande après les attentats du 11 septembre, mais n'a pas encore fixé de calendrier précis.Cette tendance observée dans la zone euro est de bon augure avant la publication cet après-midi à 16 heures d'un indice équivalent pour les Etats-Unis. Les observateurs s'attendent à que cet indicateur, l'ISM non manufacturier, repasse au-dessus du fameux seuil des 50, à 51,6. Dans le cas contraire, l'euphorie régnant actuellement sur les marchés financiers pourrait être sérieusement douchée.latribune.f

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :