Tollé international contre la menace américaine de taxer l'acier

 |  | 668 mots
Lecture 3 min.
A Bruxelles comme à Moscou ou à Tokyo, le ton est le même. Européens, Russes et Japonais réagissent avec fermeté mardi à l'intention prêtée aux pouvoirs publics américains de relever les tarifs douaniers sur les importations d'acier aux Etats-Unis, et ce afin de protéger l'industrie sidérurgique américaine en grande difficulté. La décision du président Bush est attendue un peu plus tard dans la journée.Celui-ci pourrait annoncer des droits allant jusqu'à 30% sur les importations d'acier aux Etats-Unis. Le lobby américain de l'acier, dont les revendications ont été relayées par la Commission internationale du commerce (ITC), réclame une hausse de 40% des droits et ce pour une durée de 4 ans. Sans attendre la décision de George Bush, Romano Prodi, le président de la Commission européenne a écrit au locataire de la Maison Blanche "pour lui faire part de ses graves inquiétudes sur la situation et faire remarquer que si l'administration américaine prend des mesures contre les importations, notamment si elle impose des droits, l'Union européenne n'aura pas d'autre choix que de réagir". Selon les dernières statistiques disponibles remontant à 1998, l'UE avait alors exporté pour 3,52 milliards d'euros de produits sidérurgiques aux Etats-Unis et en avait importés pour 500 millions d'euros. A Moscou, l'ambassadeur des Etats-Unis en Russie a été convoqué au ministère des Affaires étrangères pour s'entendre dire qu'une augmentation des droits sur les importations américaines d'acier russe "aurait un impact sérieux sur l'atmosphère des relations russo-américaines". Le Japon, deuxième producteur mondial d'acier derrière la Chine et premier partenaire commercial des Etats-Unis, a également menacé de recourir à l'arbitrage de l'Organisation mondiale du commerce (OMC).Les industriels américains du secteur sidérurgique s'estiment victimes des importations trop bon marché (lire articles ci-contre). Selon le lobby de l'acier, les bas prix des produits importés ont entraîné 31 faillites dans le secteur depuis 1997, chiffre contesté par les grands producteurs comme le Brésil, l'UE et la Corée du Sud, pour qui le secteur sidérurgique américain souffre surtout de surcapacités. Il ne fait en revanche aucun doute que la crise du secteur aux Etats-Unis a été amplifiée par la vigueur du dollar, comme l'a reconnu la semaine dernière le délégué américain au Commerce Robert Zoellick. "L'euro a perdu environ 26% de sa valeur depuis sa création et le yen s'est déprécié de quelque 20% en l'espace d'un an environ. Je ne dis pas que les droits doivent compenser les effets de change, mais c'est vrai qu'il y a un problème", a-t-il dit.Dans ce contexte, même la Grande-Bretagne, alliée traditionnelle des Etats-Unis, a invité Washington, par la voix de son Premier ministre, à restructurer sa sidérurgie sans déstabiliser l'économie mondiale par des barrières douanières. "Nous avons mené à bien ce douloureux processus de restructuration dans ce pays, malheureusement les Etats-Unis ne l'ont pas fait", a ainsi précisé un porte-parole de Tony Blair. Et d'ajouter, "nous pensons que les tarifs douaniers sont non seulement contre les intérêts de pays comme le nôtre et l'Europe, mais aussi contre les intérêts des consommateurs américains eux-mêmes, parce que ce sont eux qui auraient à payer le prix plus élevé des importations d'acier". De fait, d'éventuelles mesures protectionnistes américaines préoccupent également les entreprises américaines consommatrices d'acier aux Etats-Unis. Réunies au sein de l'AIIS, l'Institut international américain de l'acier, elles emploient 8 millions de personnes et avertissent que de telles dispositions auraient des conséquences en termes d'inflation.Les Etats-Unis ont déjà demandé, et obtenu, des négociations internationales dans le cadre de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Celles-ci ont abouti début février à un engagement de 38 pays à réduire les capacités d'un volume variant de 103,5 à 117,5 millions de tonnes par an d'ici à 2005. latribune.f

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :