Le marché automobile européen signe un bon millésime 2001

 |  | 396 mots
Les immatriculations de voitures neuves dans 18 pays d'Europe occidentale (les quinze pays de l'UE, plus la Norvège, la Suisse et l'Islande) ont augmenté de 0,7% en décembre 2001 par rapport à décembre 2000 avec 886.597 véhicules vendus. Cette hausse porte le total des immatriculations sur toute l'année 2001 à 14.833.735 unités vendues, soit une hausse de 0,6% par rapport à 2000, selon l'ACEA, l'Association des constructeurs européens d'automobiles.L'ACEA précise que ces chiffres ne sont pas corrigés de la variation du nombre de jours ouvrables par rapport à l'année précédente, qui est assez forte dans le cas de plusieurs pays (notamment +3 jours ouvrables en décembre 2001 pour l'Italie, -2 pour l'Allemagne). Néanmoins, s'agissant du millésime 2001 dans son ensemble, les immatriculations sur toute l'Europe de l'Ouest ont dépassé de 250.000 unités les prévisions des constructeurs. "Cela peut être considéré comme un résultat positif, après les deux très bonnes années de 1999 et de 2000, et étant donné le contexte économique", souligne l'ACEA. 2001 est d'ailleurs la deuxième meilleure année jamais enregistrée pour le marché ouest-européen, après 1999.Au moment de dresser le palmarès de ce cru 2001, on peut souligner les performances du Royaume-Uni qui a été le marché le plus dynamique, avec une croissance de 10,7% qui le place désormais au second rang européen derrière l'Allemagne. Cette dernière a enregistré un recul de 1,1% de son marché sur l'année. La France (+5,7%), l'Espagne (+4%), le Luxembourg (+2,3%) et l'Italie (+0,1%) ont aussi connu un marché en croissance, tous les autres pays connaissant une diminution. Les plus fortes baisses ont été enregistrées en Irlande (-28,6%), en Finlande (-18,7%) et en Suède (-15,1%).Par constructeur, les chiffres montrent d'excellentes performances en décembre de BMW (+20,5%), suivi par PSA (+12,8%) et Renault (+6,4%). Sur toute l'année, PSA réalise la meilleure progression en Europe de l'Ouest avec des immatriculations en hausse de 10,9%, suivi par BMW à +9,3%, et Ford et Daimler Chrysler à +3,7%. Le constructeur français, bien installé sur la deuxième place du podium européen derrière VW Group, voit sa part de marché passer d'une année sur l'autre de 13,1 à 14,4%. Celle de Renault est resté stable sur un an, à 10,6%. L'année 2001 a été particulièrement difficile en Europe pour les constructeurs japonais, coréens ainsi que pour Fiat. Tous ont vu fondre leurs parts de marché. latribune.f

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :