L'investissement reste sous pression aux Etats-Unis

 |  | 235 mots
Lecture 1 min.
Les espoirs entretenus par le rebond d'octobre des commandes de biens durables - +1,7% au lieu de +2,4% en première estimation - s'effondrent. En effet, en novembre ces mêmes commandes de biens durables ont enregistré une baisse de 1,4%, alors même que les économistes sondés par Reuters tablaient sur une légère augmentation de 0,7%. En septembre, les commandes de biens durables avaient chuté lourdement, de 4,6%.Les entreprises américaines ne semblent guère convaincues de la nécessité d'augmenter leurs dépenses d'investissement, dont les commandes de biens durables sont un bon indicateur. Cette frilosité s'explique d'un côté par la crise de surinvestissement que traversent les Etats-Unis, mais aussi par les incertitudes actuelles. La faiblesse de la demande globale, la fébrilité des marchés boursiers, la nécessité pour les entreprises d'assainir leur situation financière et le spectre d'un conflit avec l'Irak qui porterait un rude coup à l'activité économique sont autant de facteurs qui incitent à la prudence.Dans ce contexte, le consommateur américain demeure plus que jamais le seul pilier de la croissance. De la bonne tenue de ses dépenses dépend l'activité de la première économie mondiale. Les chiffres publiés hier démontrent que pour l'instant le consommateur reste fidèle au poste et ce malgré la détérioration du marché de l'emploi. En novembre, le taux de chômage aux Etats-Unis s'est établi à 6%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :