La BCE salue "l'énorme succès" du passage à l'euro

 |  | 494 mots
Lecture 2 min.
Satisfaction et sourires au menu du premier conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE). Cette réunion, qui intervenait quelques jours après l'arrivée des premiers billets et des premières pièces en euro dans les porte-monnaie des habitants des douze pays de la zone, a permis de tirer les premières leçons du lancement historique de la monnaie unique. Les gardiens de l'euro n'ont pas boudé leur plaisir, à l'image du président de la BCE. Wim Duisenberg a estimé lors d'une conférence de presse que le passage à l'euro était d'ores et déjà un "énorme succès", dépassant même les espérances de l'institution de Francfort. Wim Duisenberg a notamment indiqué que 96% des distributeurs de billets des douze pays appartenant à la zone euro ont déjà basculé à la monnaie unique. Autre motif de satisfaction pour les autorités monétaires européennes, le passage à l'euro fiduciaire ne semble pas s'accompagner de tensions sur les prix comme l'a souligné Rodrigo Rato, ministre espagnol des Finances et actuel président de l'Eurogroupe. A la mi-journée, la Commission européenne avait apporté les premiers éléments permettant de mesurer l'état d'avancement du processus de remplacement des douze monnaies nationales par des billets et des pièces en euros. "En comptant les retraits aux guichets et le rendu de monnaie dans les commerces, plus de 60 millions de personnes ont aujourd'hui en leur possession des billets en euros, alors que plus de 200 millions ont déjà des pièces", a indiqué la Commission dans un communiqué. La zone euro compte quelque 304 millions d'habitants.Sur le marché des changes, l'euro, qui avait affiché une belle progression mercredi par rapport au billet vert - une hausse qualifiée de "plaisante" par Wim Duisenberg - a cependant reperdu un peu de terrain jeudi. En fin d'après-midi, l'euro tombait en dessous des 0,90 dollar, à 0,8996 dollar. Mercredi, la monnaie européenne avait grimpé jusqu'à 0,9060 dollar, dopée par l'introduction sans encombre des pièces et des billets. La monnaie européenne a ainsi pâti de la décision de la BCE de maintenir inchangé son taux directeur à 3,25%. Ce statu quo était pourtant attendu puisqu'il y a quelques jours Wim Duisenberg jugeait "approprié" le niveau des taux actuels. Les économistes continuent néanmoins de tabler sur un assouplissement de la politique monétaire de la BCE d'ici la fin du premier trimestre et ce afin de donner un peu d'oxygène à une croissance européenne en panne. Concernant justement l'activité économique dans la zone euro, Pedro Solbès, commissaire européen chargé des Affaires monétaires, a estimé cet après-midi que la situation économique de la zone allait "commencer à s'améliorer au début de 2002". De son côté, Wim Duisenberg se fait très prudent, pronostiquant que l'activité économique devrait rester faible au début de cette année avant de se reprendre dans le courant de l'exercice. latribune.f

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :