L'euro s'enflamme au-dessus de 0,90 dollar

 |  | 393 mots
Lecture 2 min.
Les cours de l'euro célèbrent à leur manière le bon accueil réservé par les Européens à la monnaie unique. En fin d'après-midi, l'euro s'échangeait à 0,9037 dollar contre 0,9060 dollar trois heures plus tôt et 0,8912 dollar lundi soir à New York. Partout dans la zone euro, la presse et les hommes politiques ont salué l'arrivée sans anicroche de cette monnaie unique dans les porte-monnaie et son utilisation dans les commerces. La transition semble en effet se dérouler correctement. Pedro Solbès, commissaire européen aux Affaires économiques et monétaires, a qualifié ce basculement de "franc succès" et a indiqué "espérer" que d'ici deux semaines 90% des pièces et billets en monnaies nationales auront été remplacés par des euros.En France, le mouvement de grève lancé dans les agences bancaires et à La Poste n'a guère rencontré de succès. Cette épée de Damoclès levée, le secrétaire d'Etat au Commerce et à la Consommation, François Patriat, a pu se réjouir du bon déroulement des opérations, même s'il a déploré de "petites difficultés", notamment en ce qui concerne la monnaie chez des commerçants parisiens. Certains distributeurs automatiques ayant été alimentés en billets de 50 euros, le rendu de monnaie est parfois difficile dans les petites boutiques.Pour de nombreux analystes, après l'introduction des pièces et billets en euros en remplacement des monnaies nationales des douze pays de la zone, l'importance de la devise européenne devrait s'affirmer. Ernst Welteke, le président de la Banque centrale allemande, ne dit pas autre chose quand il estime ce matin dans un entretien à la radio publique DeutschlandRadio que le lancement de l'euro fiduciaire va renforcer la confiance en la monnaie unique hors des frontières européennes. Pour son homlogue français, Jean-Claude Trichet, il ne fait aucun doute que "l'euro est actuellement sous-évalué" sur le marché des changes.Outre l'impact symbolique de l'arrivée des pièces et des billets en euro qui crédibilise un peu plus la monnaie unique, celle-ci bénéficie également de la publication ce matin de l'indice PMI/Reuters des directeurs d'achats en Europe. Ces statistiques montrent un ralentissement de la contraction de l'activité industrielle de la zone euro à 44,1 en décembre après 43,6 en novembre. latribune.f

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :