L'euro s'installe au-dessus des 93 cents

La monnaie unique européenne est-elle entrée dans une phase durable de remontée face au dollar ? Les observateurs se posent de plus en plus la question alors que mercredi après-midi, l'euro s'est installé au-dessus de la barre des 93 cents. Mardi déjà, à l'annonce de chiffres décevants pour la consommation américaine, la monnaie européenne était brièvement passée au-dessus des 93 cents. Puis l'euro s'est effrité, retombant ce matin à 0,9270 dollar aux alentours de 10 heures. L'euro a alors engagé une brusque remontée, atteignant 0,9332 dollar vers 14 heures, au plus haut depuis huit mois. A 16 heures, il fallait 0,9315 dollar pour un euro.Cette spectaculaire reprise de la monnaie unique s'explique par l'excellente résultat de la balance des paiements courants de la zone euro pour mars 2002. Pour le deuxième mois consécutif, ce solde est excédentaire, cette fois de 3,7 milliards d'euros. En mars 2001, le déficit des comptes courants européens était de 600 millions d'euros. Mais le résultat le plus spectaculaire et le plus apprécié par les marchés a été le compte financier de la balance. Son excédent est de 2,2 milliards d'euros, contre un déficit de 26,6 milliards d'euros en mars 2001. Ce chiffre montre une modification essentielle de direction pour les flux de capitaux internationaux. Jusqu'ici, les capitaux fuyaient l'Europe pour se réfugier aux Etats-Unis: il semble que la tendance se soit inversée. On remarque ainsi une baisse sensible de 31% des sorties nettes de capitaux en mars. "Non seulement les capitaux restent en Europe, mais de nouveaux capitaux y affluent", remarque Nick Parsons, économiste chez Commerzbank, interrogé par l'AFP. Devant cette nouvelle configuration, la demande d'euros s'est naturellement accrue au détriment du dollar, mais aussi face aux autres monnaies comme le franc suisse ou le yen. D'autant que le billet vert reste en ce moment affaibli par les risques d'attentats outre-Atlantique et les craintes sur la croissance américaine. La certitude selon laquelle la croissance européenne resterait à la traîne de celle des Etats-Unis commence à être mise en doute par une série d'indicateurs favorables en Europe (Ifo, confiance des industriels français, PIB espagnol). L'euro serait donc en passe de devenir une monnaie forte. Depuis deux mois, il a gagné 6%. Ce renchérissement brutal soulève deux questions. D'abord, est-il réellement justifié ? L'écart de croissance entre les Etats-Unis et l'Europe reste important et les indicateurs montrent que l'activité ne retombe pas actuellement outre-Atlantique. En 2002, la zone euro devrait connaître une croissance comprise entre 1 et 1,5% quand les Etats-Unis pourront compter sur un PIB en hausse de 2,5 à 3%. L'autre question soulevée par cette hausse de l'euro est son coût pour l'économie européenne. Certaines économies (Allemagne, Pays-Bas) s'appuient actuellement sur leurs exportations vers les Etats-Unis pour relancer leur croissance. La hausse de l'euro nuit à la compétitivité de leurs produits et pourrait freiner celle-ci. Même si ce risque a été démenti par les principaux responsables européens, il ne pourra être négligé si l'euro continue sa poussée.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.