Bientôt 4 millions de chômeurs en Allemagne

 |  | 476 mots
Lecture 2 min.
Le nombre de chômeurs a de nouveau augmenté en décembre en Allemagne, de 6.000 personnes par rapport à novembre en données corrigées des variations saisonnières (CVS), a indiqué mercredi l'Office fédéral du Travail.Il s'agit de la onzième hausse mensuelle du chômage en données CVS enregistrée en 2001 dans la première économie de la zone euro. Toujours en CVS, le taux de chômage est demeuré inchangé le mois dernier, à 9,5%.Si les économistes et les milieux financiers s'intéressent avant tout aux données CVS, il n'en va pas de même du grand public, qui regarde surtout les données brutes. Et là, le tableau de décembre est plus inquiétant. Le nombre de sans-emploi a en effet progressé le mois dernier de 174.000 personnes, pour s'établir à 3,963 millions contre 3,789 millions en novembre. De ce fait, le taux de chômage en données brutes est passé à 9,6%, contre 9,2% en novembre, selon l'Office.La hausse du chômage le mois dernier s'explique exclusivement par une détérioration du marché du travail à l'ouest, la partie la plus industrialisée et la plus peuplée de l'Allemagne. Le nombre de chômeurs par rapport à novembre y a progressé de 11.000 en CVS, alors qu'il a reculé de 5.000 dans l'ex-RDA.En données brutes, le taux de chômage s'est établi à l'ouest à 7,7% en décembre (+116.231 personnes sur un mois) et à 17,6% dans l'est du pays (+58.326 personnes sur un mois).La dégradation de la situation de l'emploi, qui résulte des difficultés du secteur industriel allemand et des plans de licenciements adoptés par les grands groupes du pays, ne devrait pas s'arrêter là. La plupart des économistes pensent que la barre des 4 millions de chômeurs sera franchie prochainement. Selon l'institut de recherche économique DIW, par exemple, l'Allemagne comptera en moyenne 4,04 millions de chômeurs cette année, en hausse par rapport aux 3,852 millions de l'an passé. Et selon les dernières prévisions, la croissance économique allemande sera insuffisante en 2002 pour redresser la situation de l'emploi (voir ci-contre). Ce qui placera le chancelier Gerhard Schroeder dans une position délicate en cette année électorale. Celui-ci avait en effet placé la diminution du chômage au premier rang des priorités de sa politique, promettant de faire tomber le nombre de chômeurs à la fin 2001 à 3,5 millions de personnes.Du coup, le chancelier a aussitôt réagi à la nouvelle dégradation de l'emploi en annonçant l'adoption rapide de mesures destinées à réduire le chômage. Promettant une amélioration du marché du travail dès cette année, Gerhard Schroeder a précisé au cours d'un point presse que "des décisions seront prises avant la fin de la semaine ou en début de semaine prochaine dans le secteur des bas salaires".latribune.f

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :