Démission surprise du secrétaire américain au Trésor

 |  | 286 mots
Lecture 1 min.
Abrupte. L'adjectif convient parfaitement pour qualifier la démission de Paul O'Neill de son poste de secrétaire d'Etat au Trésor, l'équivalent américain du ministre de l'Economie. Paul O'Neill, souvent moqué dans la presse pour ses gaffes et son franc-parler, écrit ainsi vendredi au président américain: "Par la présente, je quitte mon poste de secrétaire au Trésor". Il ajoute ensuite quelques mots pour évoquer le "privilège" d'avoir été en poste durant ces "temps difficiles", faisant à l'évidence allusion à la récession ayant frappé l'an dernier l'économie américaine, ainsi qu'aux attentats du 11 septembre 2001. Sa démission, qui devrait être effective dans les prochaines semaines, a porté un sévère coup au billet vert. Déjà affaibli par de mauvaises statistiques en matière d'emploi (lire ci-contre), le dollar a accru ses pertes face à l'euro. Vers 18 heures, la monnaie européenne s'échangeait 1,0075 dollar.Le départ de Paul O'Neill prend les spécialistes au dépourvu, même si de nombreux observateurs de la vie politique américaine s'attendaient à un renouvellement de l'équipe économique du président Bush après les élections législatives du 5 novembre. C'est d'ailleurs bien ce scénario qui semble se vérifier aujourd'hui puisque quelques minutes après l'annonce du départ de Paul O'Neill, on a appris que Lawrence Lindsey, conseiller économique de la Maison Blanche, a lui aussi démissionné.A mi-mandat, alors que la conjoncture américaine n'est guère florissante, le président Bush entend peut-être, en changeant d'équipe économique, redonner un nouveau souffle à son gouvernement, dans l'espoir de redonner confiance aux Américains pour pouvoir l'emporter lors de la présidentielle de 2004.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :