La Banque du Japon intervient massivement pour freiner la hausse du yen

La faiblesse, devenue chronique, du dollar, ne fait pas que des heureux. Le Japon ne semble pas prêt à la voir mettre en péril la fragile reprise de son économie. La Banque du Japon (BoJ) est donc massivement intervenue sur les marchés en début d'après-midi pour soutenir le dollar. Ce dernier est ainsi passé soudainement vers 14h15 de 123,25 yens à 124,25 yens, soit une hausse de 0,81%. C'est la première fois que la BoJ intervient de façon aussi claire et dans de telles proportions. Selon un courtier interrogé par l'AFP, l'intervention a pris une telle ampleur en raison de la fermeture des marchés londoniens aujourd'hui.La raison d'être de ces interventions tient à la dépendance actuelle de l'économie japonaise vis-à-vis de la reprise américaine. Avec une demande intérieure en baisse, le moteur de la croissance nippone ne peut être que les exportations vers les Etats-Unis. Mais ces dernières ne seront suffisantes que si elles restent compétitives et donc si le yen reste bon marché par rapport au dollar. D'où cette volonté de ramener le yen vers le bas. Rappelons qu'hier, le billet vert est reparti fortement à la baisse après le décrochage des marchés américains. L'euro avait profité de cette faiblesse. En fin de journée, le niveau d'avril dernier était atteint et la barre des 94 cents effacée. Mais la faiblesse du dollar pouvait également être constatée face à d'autres monnaies comme le yen ou le franc suisse. Face à la monnaie japonaise, le billet vert était passé ce matin sous les 123,5 yens, tandis qu'il frôlait 1,554 franc suisse, au plus bas depuis octobre dernier.L'intervention de la banque du Japon a provoqué une hausse de la demande en dollars qui a fait également reculer l'euro et le franc suisse. La monnaie unique européenne a ainsi décroché de 0,48% lors de l'intervention de la BoJ, revenant autour de 94 cents, tandis que la monnaie helvétique a perdu 0,4%.Mais cette intervention semble, comme les précédentes, bien incapable de freiner durablement la chute du dollar. Certes, le yen est reparti plus modérément à la hausse puisque, vers 16h, le dollar était repassé sous les 124 yens, mais les marchés n'ont clairement pas interprété l'action de la BoJ comme un appel massif à vendre des yens. Les fruits de cette action risquent donc bien d'être fort minces. Sur le front des monnaies européennes, de même, l'appel d'air créé par l'intervention de la BoJ n'a été que provisoire. Vers 16h, le franc suisse avait déjà récupéré le chemin perdu et l'euro était remonté aux alentours de 94,43 cents, restant à son plus haut depuis 16 mois et revenant à ses plus hauts niveaux de la journée. Convaincus par les derniers chiffres que la reprise européenne est engagée, les marchés misent sur un relèvement rapide des taux de la BCE. La faiblesse du billet vert devrait donc se poursuivre, face à l'euro du moins. D'autant que les ministres de l'eurogroupe se sont félicités hier soir de cette remontée de la monnaie commune. Le ministre autrichien des Finances, Karl-Heinz Grasser, a ainsi rappelé que "l'euro a un grand potentiel, car il traduit le fort potentiel des fondamentaux de l'économie européenne". Le président actuel de l'eurogroupe, l'Espagnol Rodrigo Rato, a déclaré que l'objectif des douze était de disposer d'une monnaie stable "reflétant la force fondamentale de la zone". Dans l'immédiat, rien ne devrait donc être fait en Europe pour réduire la montée de l'euro. Le ministre allemand des Finances, Hans Eichel, a cependant évoqué la possibilité d'un report du relèvement des taux de la BCE afin de ne pas trop nuire à la reprise européenne.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.